Les retrouvailles entre Carlos Rodriguez et Justine Henin à Melbourne: "Nous avons passé quatre heures à discuter hier"

L'Open d'Australie, qui commence lundi à Melbourne, est le théâtre de retrouvailles entre deux personnalités importantes du tennis belge.

Belga
Les retrouvailles entre Carlos Rodriguez et Justine Henin à Melbourne: "Nous avons passé quatre heures à discuter hier"
©BELGAIMAGE

L'Open d'Australie, qui commence lundi à Melbourne, est le théâtre de retrouvailles entre deux personnalités importantes du tennis belge.

Justine Henin, 37 ans, lauréate en 2004, est de retour pour la première fois depuis 2011, dans un rôle de consultante pour Eurosport. Et Carlos Rodriguez, son ancien coach, vainqueur aussi avec la Chinoise Li Na en 2014, est également là avec la jeune Américaine Amanda Anisimova (WTA 22), 18 ans.

"Nous avons passé quatre heures à discuter hier", a raconté à Belga le Belgo-Argentin, dans le Players Lounge de la Rod Laver Arena. "Nous sommes toujours en contact, car Justine est la marraine de Mateo, mon deuxième fils, mais cela nous a fait grand plaisir. Cela rappelle de grands souvenirs, avec la victoire de Justine en finale contre Kim. Ce fut un grand moment, car il s'agissait du premier tournoi du Grand Chelem que Justine abordait en tant que numéro 1 mondiale. Elle avait beaucoup de pression, car elle avait déjà triomphé à Roland-Garros et à l'US Open, mais elle est parvenue à faire honneur à son rang".

À 56 ans, Carlos Rodriguez, qui travaille en Chine, au sein de l'Académie Potters Wheel de Pékin, a repris du service sur le circuit à la fin de l'année dernière. Via l'agence de management IMG, il a été enrôlé pour prendre en main Amanda Anisimova, l'une des nouvelles pépites du tennis US, qui a perdu son papa l'été dernier.

"Nous avons commencé au mois d'octobre à Bradenton et nous avons convenu d'une période d'essai jusqu'à la fin de l'Australian Open", a-t-il poursuivi. "C'est une fille qui a un talent inimaginable. Elle a une très bonne main, une frappe de balle très pure, comme Justine l'avait aussi, si ce n'est un peu différemment. Mais elle doit s'étoffer physiquement. J'ai pu le constater à Auckland, en demi-finale contre Serena Williams, une vieille connaissance", a-t-il souri. "Mais bon, elle vient d'avoir 18 ans. L'idée, c'est que je lui apporte une philosophie de travail et de la structure tactique. Mais bon, il faudra voir si nos manières de fonctionner concordent. Les débuts sont en tout cas encourageants. Et si elle peut atteindre le troisième tour contre Bertens ici, je serai déjà très content".

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be