La chronique de Dominique Monami: "La tête de Murray commande son corps"

La chronique de Dominique Monami.

Contribution externe
La chronique de Dominique Monami: "La tête de Murray commande son corps"
©DEMOULIN BERNARD/AP
Andy Murray est un phénomène. Un miraculé même. Sa finale dimanche passé à Stuttgart a une haute valeur symbolique. Les gens admirent Rafael Nadal qui joue au plus haut niveau avec une douleur permanente au pied. Ils ont cette même admiration...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité