L'autre regard: Serena Williams veut marquer les esprits plutôt que les points

Un commentaire de Miguel Tasso.

L'autre regard: Serena Williams veut marquer les esprits plutôt que les points
©Tom Jenkins

Depuis le début de sa carrière, Serena Williams est en mission. Sur les courts, en tant que sportive. Mais aussi en dehors, en tant que femme qui lutte contre le sexisme, le racisme, la discrimination ou les inégalités.

C’est dans son tempérament d’aller toujours de l’avant, de ne rien lâcher, de repousser sans cesse ses limites. Voilà des années qu’elle aurait pu, de guerre lasse, ranger ses raquettes au placard pour s’occuper, par exemple, de sa fille Olympia. Mais non, elle est toujours là, prête à monter au filet.

On peut, bien sûr, se demander si, à 40 ans, elle a raison de poursuivre sa carrière, quitte à jouer le fameux match de trop. Mais cette volonté de pas abdiquer fait partie de son ADN. Et, à ses yeux, il n’est donc pas question de jeter l’éponge. Mardi soir, au premier tour de Wimbledon, elle a été éliminée par la modeste joueuse française Harmony Tan.

Mais, malgré des jambes un peu lourdes, elle s’est battue comme une lionne jusqu’au super tie-break du dernier set. Les puristes diront qu’elle n’a plus rien à gagner en se produisant diminuée sous les feux de la rampe. Mais la championne américaine, riche de ses 23 sacres en Grand Chelem, ne raisonne pas de cette façon.

Elle préfère désormais marquer les esprits plutôt que les points. Elle veut écrire l’histoire. D’ailleurs, elle a laissé entendre qu’elle remettrait le couvert au mois d’août, à l’US Open. Oui, plus que jamais, elle est en mission.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be