Le BW Open aura lieu du 23 au 29 janvier 2023: "Pourquoi pas attirer un Wawrinka ou un Thiem ?"

C'est désormais officiel : une semaine plus tôt qu'espéré par les organisateurs, la toute première édition du BW Open aura lieu du 23 au 29 janvier 2023.

Adrien Vigneron
Le BW Open aura lieu du 23 au 29 janvier 2023: "Pourquoi pas attirer un Wawrinka ou un Thiem ?"
©Belga

L'événement, un Challenger 125, se tiendra dans les installations du Blocry de Louvain-la-Neuve, où le court central s'installera dans la salle principale du complexe tandis que le court n°1 sera aménagé dans une salle annexe. "Le court central aura une capacité d'un peu plus de 1 000 personnes. Ainsi, avec une session en journée et une session en soirée au quotidien, on devrait pouvoir tabler sur une assistance totale de 10 000 à 12 000 personnes", précise Christophe Dister, bourgmestre de La Hulpe mais surtout co-organisateur du tournoi en compagnie de Vincent Stavaux.

L'épreuve, dont la dotation atteindra les 125 000 dollars, se déroulera sur des terrains en greenset et rassemblera un tableau de 32 joueurs en simple (dont 3 invitations et 6 qualifiés) ainsi qu'un tableau de 16 équipes en double. Les qualifications, elles, réuniront 24 joueurs (dont 4 invitations).

"La semaine qu'on voulait, c'était le 4 février, lance Vincent Stavaux, l'agent de Joachim Gérard et anciennement de Justine Henin et Martin Cilic. Malheureusement, ce n'était pas possible d'occuper les installations du Blocry en raison du nombre de cours dispensés aux étudiants de l'UCL et des autres écoles. Le premier dommage collatéral très important en ce qui nous concerne car on y tenait depuis le départ, c'est de ne pas pouvoir organiser le tournoi en fauteuil. Tous les joueurs du top se trouveront à ce moment-là en Australie, puisque nous sommes placés dans la deuxième semaine de l'Australian Open."

Il y a malgré tout une bonne nouvelle à ce changement de date. En raison du passage des Masters 1000 de Rome et Madrid de huit à douze jours, le calendrier ATP va connaître une sérieuse refonte en 2023. Avec un effet domino sur les tournois ATP 250. "On va donc avoir une année exceptionnelle en termes de niveau tennistique", poursuit Vincent Stavaux. "On se retrouve à une date stratégique. Le seul autre tournoi qui a lieu durant cette période, c'est Quimper. Mais c'est un Challenger 80 donc moins bien coté au niveau des points et de la dotation que le nôtre. On va en plus éviter la période de Coupe Davis (dès le 30 janvier) où tous les pays à l'exception des demi-finalistes 2022 vont devoir jouer. Si la date initiale avait été confirmée, on se serait certainement retrouvé avec une première tête de série classée 300e mondiale. Le projet aurait été mort-né."

Conséquence ? Les organisateurs vont garder une de leurs deux invitations, la troisième étant offerte à l'AFT, jusqu'à la toute dernière minute. Ceci dans l'espoir d'attirer un gros poisson. "Ce ne serait pas impossible de voir arriver un joueur classé de la 11e à la 50e place mondiale. Pourquoi ne pas rêver d'un Wawrinka ou d'un Thiem en recherche de points? Pour ceux qui perdront en première semaine de l'Australian Open, il n'y aura plus de tournois ATP avant le 6 février à Montpellier", détaille encore Vincent Stavaux.

Steve Darcis, parrain du tournoi au même titre que Joachim Gérard, est très heureux de faire partie de cette aventure. "Des tournois comme celui-ci sont capitaux pour le développement des jeunes Belges. Avoir la possibilité d'évoluer dans son pays, c'est avoir la chance de progresser plus rapidement. On le voit en Italie, où les jeunes peuvent y disputer des tournois chaque semaine. Ce n'est pas un hasard, même si j'exagère, de retrouver aujourd'hui 30 Italiens dans le Top 100 mondial (NdlR : 20 Italiens dans le Top 200 pour être précis). J'espère sincèrement que ce projet ne sera pas un one shot", détaille le responsable des élites au sein de l'AFT.

"Le budget avoisinera le million d'euros", a encore précisé Christophe Dister. Environ 15% seront assurés par les institutions publiques (Province du Brabant wallon, Région wallonne et Fédération Wallonie-Bruxelles). Les organisateurs recherchent par ailleurs de nouveaux sponsors pour les aider à assumer les nombreux coûts d'une telle organisation. Un partenariat a notamment été lié avec l'académie de Justine Henin qui mettra deux terrains d'entraînement à disposition. En contrepartie, les organisateurs s'engagent à reverser 50 euros par ace inscrit à la fondation de l'ancienne numéro 1 mondiale qui vient en aide aux enfants malades ou porteurs de handicap.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be