Andrey Rublev a l’occasion dès dimanche soir (21h) de confirmer qu’il peut faire trembler l’O2 Arena de Londres. Opposé à Rafael Nadal, le Russe de 23 ans, huitième mondial, semble être prêt pour un putsch.

Rublev arrive aux Finales de l’ATP avec cinq titres et 40 matches gagnés au compteur, boosté par le dernier trophée soulevé à Vienne. Avec sa claque de coup droit, son jeu qui ne connaît que l’agression et son côté imprévisible tellement il a d’options dans la raquette, il pourrait être une très mauvaise pour Nadal. "Je suis très reconnaissant pour tout ce que j’ai accompli cette saison : ça décuple ma motivation et mon énergie."

Rublev a les moyens de créer la surprise, mais à certaines conditions : qu’il ne s’use pas les nerfs face à la défense adverse, qu’il gère son caractère bien trempé et surtout qu’il ne souffre pas trop de son inexpérience. Rublev dispute son premier Masters et il est toujours difficile de prévoir l’effet que ça aura. "Évidemment, je suis nerveux ! C’est ma première fois ici, je me retrouve au milieu des meilleurs joueurs du monde, c’est forcément stressant."

Rublev pense en revanche que le fait de défier Nadal d’entrée lui permettra de jouer sans pression : "J’ai hâte d’y être, il est l’un des plus grands joueurs de l’histoire, je n’aurai donc rien à perdre. Je vais faire de mon mieux, en sachant que toute la pression sera sur ses épaules." C’est lui qui le dit…