Tennis

Rétabli de ses douleurs à la hanche, l’Ecossais tente à nouveau sa chance en simple au Masters 1000 de Cincinnati. Frissons garantis

En janvier dernier, souffrant horriblement de la hanche, il avait rangé ses raquettes pour une durée indéterminée, laissant même entendre que l’Open d’Australie serait son dernier tournoi. Après une délicate opération, l’Ecossais a ensuite réemprunté le chemin des courts, en double, par pur plaisir mais avec une certaine réussite (il a notamment remporté le tournoi du Queens avec Feliciano Lopez). Rassuré par son état de forme, le voilà qui reprend carrément du service en simple !

Andy Murray, 32 ans, est la grande attraction du Masters 1000 de Cincinnati qui débute ce lundi. « Le tennis m’a beaucoup manqué. Le double, c’est très bien. Mais il est évident que le simple, c’est une autre dimension. Les grands matches, les grands stades, c’est magique… »

De son propre aveu, l’ancien n°1 mondial se sent plutôt bien physiquement. Les douleurs ont disparu, les entraînements sont positifs. Mais il sait aussi qu’il devra faire preuve de patience. «Lorsqu’on revient d’une si longue absence, il n’y a pas de secret. Il faut retrouver le rythme du haut niveau. L’envie est là. Mais on va voir si le reste répond… »

Le défi est immense. Mais Murray, guidé par sa passion, espère le relever. Il n’a pas grand chose à perdre. Si ça ne marche pas, il quittera le circuit la tête haute. En ayant essayé. « J’ai vécu des moments très compliqués ces deux dernières années. Je pensais vraiment que tout était fini. Là, j’ai retrouvé le moral. Alors, pourquoi pas ? »

Parachuté à Cincinatti grâce à une wild card, il affrontera, au premier tour, le Français Richard Gasquet. Ce n’est évidemment pas un cadeau. Mais, à ses yeux, le plus important est de se retrouver, à nouveau, dans un grand tableau et de goûter au parfum de la haute compétition. Avec, en toile de fond, une participation à l’US Open, un tournoi qu’il a déjà accroché à son tableau de chasse en 2012