Sabine Appelmans revient sur la saison "exceptionnelle" de notre n°1 belge.

Nous avons fait le point avec Sabine Appelmans sur nos représentants au plus haut niveau. À tout seigneur tout honneur, David Goffin et la formidable ascension qui l’a emmené aux portes du Top 10. "Il a livré la saison de sa vie", assure Appelmans. "Ce qu’il a fait est exceptionnel et il est difficile de faire mieux. Le Top 10 ? Oui, c’est jouable mais plus que le classement, ce que j’attends surtout de lui en 2017, c’est un bon résultat dans un tournoi du Grand Chelem, parce que ça fait plus rêver les gens qu’un Top 10. Il y a eu son quart de finale à Roland-Garros, qui est déjà très bien, mais je pense qu’il peut encore progresser à ce niveau. Ce qui est certain, c’est que, désormais, il fait peur à tout le monde."

Chez les filles , nous conservons deux joueuses dans le Top 100 : Yanina Wickmayer et Kirsten Flipkens. "Elles ont joué à leur niveau, sans véritable surprise mais sans faille non plus. Se maintenir chaque année à un certain palier malgré les années qui passent et les jeunes joueuses qui arrivent, c’est aussi un défi et elles l’ont fait."

Alison Van Uytvanck, elle, a quitté le Top 100 en raison d’une blessure. "Ali a les capacités pour être Top 50, mais elle doit apprendre à faire de bons résultats quand elle est sous pression. Elle n’a pas le super talent d’un David Goffin mais elle est un peu dans la même situation que lui après son premier Roland-Garros: elle a perdu confiance et n’a pas joué à son meilleur niveau."

L’année a aussi vu l’éclosion d’Elise Mertens. "Je savais qu’elle avait du talent, mais ce qu’elle a démontré à l’US Open m’a vraiment surprise. Elle a incontestablement franchi un palier et je l’attends dans d’autres Grands Chelems en 2017. Cela la conduira inévitablement dans le Top 100."

Enfin, il y a la naturalisation de Maryna Zanevska, qui va aussi briguer une place dans l’équipe de Fed Cup. "Maintenant, elles sont trois ou quatre pour deux places et la concurrence, c’est toujours bon. Justine, Kim et moi, nous voulions aussi toujours être la numéro un belge. C’est ça qui nous a fait progresser."