D'autant que Wimbledon, la troisième levée du Grand Chelem, commence déjà dans deux semaines. "On va voir. Je ne peux pas dire pour le moment ce que j'ai", a-t-il confié, la mine déconfite. "Je n'avais de toute manière pas prévu de disputer un tournoi la semaine prochaine, avant Wimbledon, mais là, il n'y a plus de programme. On va essayer de se soigner au plus vite. Comme d'habitude, je vais effectuer tous les examens pour voir ce dont je souffre exactement, avoir un diagnostic, savoir comment contrôler ça et bien me soigner."

Ce n'est pas la première fois que David Goffin est victime d'une blessure à la cheville droite. Tout le monde se souvient de son fameux accident à Roland-Garros, en 2017, lorsqu'il s'était pris les pieds dans la bâche du court Suzanne Lenglen dans son match du 3e tour contre l'Argentin Horacio Zeballos.

"Non, cela ne n'inquiète pas autant que ce qui m'était arrivé à Roland-Garros. Là, je n'étais pas loin de ne plus jouer au tennis !", a-t-il poursuivi. "Ici, je pense que ce n'est pas aussi grave, même si cela fait mal tout de même. Ce sont des chutes qui peuvent survenir assez souvent sur gazon, suite à des contre-pieds ou lors des changements de direction. Je ne trouvais pas le court central si glissant que ça, mais c'est simplement qu'il était tout neuf. On n'est jamais à l'abri. Et cela peut faire mal. La preuve aujourd'hui."