La Pologne partait avec un énorme handicap puisque son joueur N.2, Kamil Majchrzak (117e), qui avait remporté jusque-là ses trois matchs en phase de groupes, a été obligé de se retirer après avoir été testé positif au Covid-19.

Son remplaçant Jan Zielinski, 96e mondial en double, n'a pas fait le poids face à Pablo Carreno (20e) qui s'est imposé 6-2, 6-1 en 53 minutes pour apporter le premier point à l'Espagne.

Avec Hubert Hurkacz, 9e joueur mondial et vainqueur en avril dernier du Masters 1000 de Miami, la Pologne pouvait encore espérer pousser l'Espagne au double décisif. Mais Bautista (19e) a tout donné pour s'imposer 7-6 (8/6), 2-6, 7-6 (7/5) et assurer le billet pour la finale.

"C'est un match que je n'oublierai jamais ! Nous pouvions tous les deux nous imposer. Mais c'est le tennis", a lancé Bautista.

"Aujourd'hui, j'ai gagné. Je pense que je méritais cette victoire. J'ai fait beaucoup de bonnes choses sur le court et j'ai été très agressif sur la fin", a-t-il ajouté.

Hurkacz, qui a servi 24 aces, ne s'est jamais avoué battu et a sauvé cinq balles de match avant de céder sur la sixième.

Les Espagnols affronteront le vainqueur du match qui opposera samedi la Russie, tenante du titre et emmenée par Daniil Medvedev, le numéro 2 mondial, et le Canada, avec ses deux pépites Denis Shapovalov et Félix Auger-Aliassime.

L'Espagne, alors emmenée par Rafael Nadal et Roberto Bautista, avait joué en 2020 la finale de l'ATP Cup inaugurale, battue par la Serbie de Novak Djokovic.

Cette année, Nadal se remet d'une coupure de six mois due à une blessure à un pied et à un récent Covid. Il a préféré s'inscrire au tournoi de Melbourne plutôt qu'à l'ATP Cup pour préparer l'Open d'Australie qui débute le 17 janvier.