Le Courtraisien traverse une mauvaise passe

MONTE-CARLO Il n'y a plus de joueurs belges à Monte-Carlo. Après Olivier Rochus, battu lundi par Alberto Martin, c'est Xavier Malisse qui a quitté prématurément la scène monégasque, éliminé par Carlos Moya, un autre Espagnol!

Nettement supérieur, l'ancien lauréat de Roland-Garros s'est imposé en deux petits sets, sur un double 6-3. En soi, cette défaite n'est pas inquiétante: Carlos Moya, 2e tête de série du tournoi, est l'un des grands spécialistes de la terre battue. Et le grand Majorquin traverse actuellement une excellente période.

Il n'en reste pas moins que, depuis la fin janvier, Xavier Malisse n'a gagné qu'un seul match: face au modeste Espagnol David Ferrer au tournoi d'Indian Wells. Pour le reste, le Courtraisien a collectionné les défaites au premier tour: face au Russe Safin à Rotterdam, face à l'Américain Mammit à Scottsdale, face au Coréen Hyunk Taik Lee à Miami et, maintenant, face à Moya à Monte-Carlo. Ajoutez à cela sa défaite de février, en Coupe Davis, face à Carlos Moya (toujours lui) et vous comprendrez pourquoi le joueur belge n'a pas, actuellement, le moral au zénith!

En 2002, Xavier Malisse avait également signé un mauvais début de saison sur terre battue avant de se reprendre à Rome (huitièmes de finale face à Robredo) et à Roland-Garros (huitième de finale face à Grosjean). Et chacun a encore en mémoire sa formidable odyssée, jusqu'en demi-finale, sur le gazon de Wimbledon...

On se gardera donc de tirer trop de conclusions de sa forme actuelle. Malisse est, par essence, un champion imprévisible, capable du pire un jour et du meilleur le lendemain. Il n'en demeure pas moins que s'il veut conserver sa place dans le Top 30, voire même à plus longue échéance son statut de n°1 national, le Flandrien a intérêt à se reprendre au plus vite. En tennis, tout peut aller très vite, dans les deux sens...

Les résultats en S 12

© Les Sports 2003