Battu par Egor Gerasimov au premier tour de l'Australian Open, Benoît Paire était à prendre avec des pincettes à la fin de sa rencontre. Resté en quarantaine stricte pendant deux semaines, le Français était très remonté par rapport à l'organisation du premier Grand Chelem de la saison et il l'a fait savoir. "C'est bien beau leur tournoi, mais pour moi, je trouve que c'est de la merde, et ce qui s'est passé, c'est honteux. Je suis très déçu de ce tournoi. Moi, je n'avais pas signé pour cela ! J'ai signé pour quatorze jours où je peux m'entraîner, un truc où, justement il n'y avait pas beaucoup de monde dans le vol pour, dans le cas d'une personne contaminée, qu'il n'y ait qu'une seule petite section concernée. Moi j'ai voyagé tout seul en business, je n'ai vu personne du voyage, je suis allé tout seul à l'hôtel, parce qu'il n'y avait personne et que c'était le vol des qualifiés. Je n'ai pas croisé une personne de tout le voyage. Et là, il y a un cas positif dans le vol et tout le vol est en quarantaine ! Je n'ai pas signé pour ça !"

Et Benoît Paire en remettait une couche quelques instants plus tard en mettant en avant l’inégalité de traitement entre les joueurs selon leur classement. "Soit on me dit les choses dès le début, après nous prendre pour des cons... Il y a aussi eu un cas positif sur le vol pour Adélaïde (NdlR : l’avion où se trouvait les stars du circuit) , mais là, on a eu le temps de faire des prises de sang, etc. Nous, on nous a dit direct quarantaine ! Soit on fait les mêmes choses et les mêmes règles pour tout le monde. Je ne comprends pas que ce ne soit pas juste pour tout le monde. Donc une préparation tronquée, des matches tronqués. Pour moi, c'est scandaleux. Après, je suis très content de mon niveau, de ce que j'ai pu produire aujourd'hui. Mais ce tournoi, franchement, je trouve que c'est vraiment de la merde."

Le Français soulignant aussi les enjeux financiers qui poussent les organisateurs à tout faire pour que leur tournoi se joue : "J'ai du mal à comprendre comment cela se fait qu'on organise des tournois, alors qu'on ne se sent pas les bienvenus. Ce n'est qu'une question d'argent. C'est tout, en fait. Il y a une énorme perte s'ils ne font pas le tournoi. Coûte que coûte, il faut qu'il y ait le tournoi. Après, la plupart des joueurs se disent qu'il y a un petit peu d'argent à gagner et ils viennent pour ça. Moi le premier, je joue aussi pour l'argent. Mais s'il faut faire tant de sacrifices et que ça se passe si mal, que ce soit une galère pareille, à un moment donné, il faut juste dire stop. Je ne comprends pas trop où on va, je ne comprends pas trop ce que l'ATP fait. Cela devient limite grotesque. Pour moi, le tennis, ce n'est pas ça. Franchement, je ne prends pas de plaisir."