17e mondial à sa meilleure époque, Bernard Tomic n'est plus que 257e à l'ATP. Ce qui l'a obligé à passer par les qualifications de l'Australian Open.

Mais celui qui fut longtemps l'enfant terrible du tennis australien, avant de voir Kyrgios lui ravir ce statut, a perdu assez sèchement face à Roman Safiullin (6-1, 6-4), le 146e mondial. Le joueur s'est d'ailleurs plaint à plusieurs reprises d'avoir de mauvaises sensations et d'être malade. Lors d'un changement de côté, il s'est même adressé à l'arbitre en ces termes: "Je suis sûr que je vais être testé positif (au Covid) dans les trois prochains jours. Je te paie un resto si ce n'est pas le cas. Et si j'ai raison, c’est toi qui m’invites. Les joueurs font des autotests dans leur chambre... Allez, franchement. On ne fait même pas de test PCR…"



Le protocole est le suivant: chaque joueur passe un test PCR lors de son arrivée à Melbourne. Et en cas de résultat négatif, il reçoit une liberté totale de mouvement et est testé à nouveau six jours plus tard. En dehors de ces deux tests PCR "officiels", les joueurs sont invités à réaliser des autotests.

Après cette défaite, Tomic a été placé à l'isolement par les médecins du tournoi. "Je me sens vraiment malade, je suis rentré dans ma chambre d'hôtel" a expliqué le joueur de 29 ans.