Le pays compte pas moins de dix joueuses dans le Top 100 mondial

BRUXELLES Elles sont jeunes, plutôt jolies, et surtout pétries de talent. Toutes originaires du même pays, elles sont en train de se frayer un chemin vers le sommet de la hiérarchie à coups de service et de revers dévastateurs. D'Anastasia Myskina (WTA 12) à Dinara Safina (WTA 83), en passant bien sûr par Anna Kournikova (WTA 36), les joueuses de tennis russes figurent aujourd'hui au nombre de dix (!) parmi les cent meilleures mondiales et forment une ruche d'une richesse inestimable.

Chacune à leur tour, elles se distinguent avec brio aux quatre coins de la planète. La semaine dernière, deux d'entre elles disputèrent ainsi la finale d'une épreuve du circuit. A Lepizig, Anastasia Myskina, 21 ans, s'est inclinée contre Serena Williams après avoir battu Kim Clijsters. Et à Bali, la jeune Svetlana Kuznetsova, 17 ans, a remporté le deuxième titre de sa carrière après celui d'Helsinki au mois d'août en battant Conchita Martinez en trois sets.

Anatasia Myskina est aujourd'hui la nouvelle chef de file du tennis féminin russe. Victorieuse, début septembre, du tournoi de Salvador de Bahia, la Moscovite a gagné plus de cinquante places cette saison pour frapper à la porte du Top 10 mondial. Elle a pris le relais d'une Elena Dementieva (WTA 16) qui donne l'impression de plafonner depuis sa demi-finale à l'US Open en 2000.

Il n'empêche, si la discipline est aujourd'hui devenue si populaire auprès des filles au pays de la vodka et de la matriochka, la poupée qui s'emboîte, c'est à une certaine Anna Kournikova qu'il le doit. La lolita des courts, 21 ans, n'a peut-être toujours pas remporté le moindre tournoi en simple, mais son physique enviable lui a déjà permis d'amasser plusieurs millions de dollars en contrats publicitaires.

Il n'en fallait pas plus pour mettre l'eau à la bouche de ses compatriotes. Dans sa foulée, nombre de parents décidèrent ainsi d'inscrire leurs enfants dans des clubs avec l'espoir que leurs capacités permettent à la famille de sortir d'une condition sociale que la chute du communisme n'a pas toujours rendu réjouissante.

Derrière Anastasia Myskina et Elena Dementieva, c'est ainsi tout un groupe de jeunes filles qui éclatent, dont Elena Bovina (WTA 34), Svetlana Kuznetsova (WTA 45) et Vera Zvonareva (WTA 54) sont les principales. La première 19 ans, vient de gagner le tournoi de Québec après avoir atteint les quarts de finale à l'US Open. La deuxième, coachée par... Emilio Sanchez, a remporté ses deux premiers titres cette saison tout en effectuant son entrée dans le Top 50 mondial. Et la troisième, 18 ans, huitième de finaliste à Roland-Garros, a gagné plus de 300 places depuis le début de l'année.

Et la relève pointe déjà le bout de la raquette. A 15 ans, Maria Sharapova (WTA 262), finaliste à l'Australian Open juniores, ressemble comme deux gouttes d'eau à Anna Kournikova. Les places dans le Top 10 vont être chères...

LES RUSSES DANS LE TOP 100

1. Anastasia Myskina (WTA 12); 2. Elena Dementieva (WTA 16); 3. Tatiana Panova (WTA 20); 4. Elena Bovina (WTA 34); 5. Anna Kournikova (WTA 36); 6. Elena Likhovtseva (WTA 41); 7. Svetlana Kuznetsova (WTA 45); 8. Vera Zvonareva (WTA 54); 9. Alina Jidkova (WTA 77); 10. Dinara Safina (WTA 83).

© Les Sports 2002