Par les temps qui courent, les exhibitions ont mauvaise réputation même si l’Ultimate Tennis Showdown a été une réussite à ce niveau.

Aux USA, le Covid-19 a laissé des traces profondes au cœur de la population. Dans la nuit de dimanche à lundi, la World Tennis Team a lancé les festivités sportives devant un parterre de moins de 500 fans disséminés dans le stade de plus de 2 500 places. La Virginie a été durement touchée. Les organisateurs ne badinent pas avec la santé. Les joueurs ont respecté les restrictions alors que les visages étaient cachés derrière des masques. Les sièges interdits étaient recouverts. Des rangées sont restées vides. La température est régulièrement prise. Les juges de ligne et les ramasseurs de balle ne sont pas présents. Les joueurs se débrouillent entre eux. Les joueurs évitent les contacts.

Au stade Greenbrier en Virginie, neuf équipes lutteront durant trois semaines. Le spectacle vaudra le détour. Les fans attendaient de voir les natifs de l’étape, Sloane Stephens et Tennys Sandgren. Kim Clijsters, aussi, jouit d’une belle cote de popularité. D’autres grands noms fouleront le terrain, dont Venus Williams, Sofia Kenin ou encore les jumeaux Bob et Mike Bryan.

Les premiers matchs ont démarré dimanche. Kim Clijsters entrait en action la nuit dernière avec les couleurs du New York Empire aux côtés de Sabine Lisicki, Kveta Peschke, Neal Skupski et Jack Sock.

Du 12 juillet au 2 août, le programme annonce 63 matchs qui seront disputés au meilleur des 5 jeux avec un total de cinq parties jouées entre deux équipes (deux simples, masculin et féminin, et trois doubles, masculin, féminin et mixte).