De corvée dominicale, Federer et Mauresmo ont franchi le premier tour

PARIS Sans vraiment l'avouer, Roger Federer redoutait comme la peste son premier tour qui l'opposait, hier, à l'Argentin Diego Hartfield (ATP 157), pur joueur de terre battue et sorti tout droit des qualifications. Initialement, c'est face à Arnaud Clément que le Suisse devait en découdre. Mais le forfait du Français bouleversa les données. «Je n'ai appris qu'hier mon changement d'adversaire et je ne connaissais rien de cet Argentin. C'est sans doute la raison pour laquelle mon début de match fut très laborieux...»

Mené 3-0, le n°1 mondial retrou- va vite le bon rythme et s'imposa logiquement en trois manches. «Tout n'était pas parfait, c'est évident. J'ai commis de nombreuses fautes directes. J'ai parfois manqué des points faciles. Mais l'important était de me qualifier...» Federer avait demandé à l'organisation de ne pas jouer lors de ce dimanche d'ouverture. «Mais ils n'ont rien voulu entendre. J'ai donc dû me plier à leurs exigences. Je vais avoir deux jours complets pour me reposer. C'est assez inhabituel mais, finalement, ce n'est peut-être pas plus mal...»

Amélie Mauresmo était également de corvée dominicale. Sa tâche face à l'Américaine Meghann Shaughnessy (WTA 56) ne fut pas plus facile. Mais là où, autrefois, elle aurait sans doute cédé sous la pression du central, elle a cette fois conservé tout son calme. Même lorsque Shaughnessy revint à 4-4 dans le deuxième set, la Française ne trembla pas et scella ensuite sa qualification. «Ce n'était pas le match du siècle mais pour un premier tour, je suis satisfaite. J'ai bien servi, j'étais concentrée dans l'échange. C'est plutôt bon signe.»

Mauresmo espère monter en puissance au fil des matches. «Je ne me suis jamais sentie aussi sereine à Roland-Garros. Je sais que tout le public français attend beaucoup de moi cette année. C'est normal. Mais je ne ressens pas de réel stress. Ma première victoire en Grand Chelem lors de l'Open d'Australie m'a complètement libérée à ce niveau», répète- t-elle, souriante.

© Les Sports 2006