Avant Roland-Garros, les cadors français sont toujours épiés. La France rêve toujours de trouver un successeur à Yannick Noah (1983).

L’année 2021 ne devrait pas mettre un terme à cette longue attente. L’arrière-garde française n’a plus les armes. Ceux qui ont porté les Bleus durant la dernière décennie sont fatigués. Jo-Wilfried Tsonga a perdu cinq matchs sur six cette saison. À 35 ans, son corps est meurtri. Il aimerait, mais il n’en peut plus.

Gaël Monfils, 14e mondial à 34 ans, s’en sort à peine mieux. Il a attendu Lyon pour remporter son premier match de l’année, mais il s’est incliné contre Nishioka au deuxième tour. "La Monf" n’a remporté qu’un match sur les dix derniers. "Je n’ai pas de confiance donc tout est compliqué, tout est dur", expliquait-il dans la presse française. "Ce n’est pas fluide. Honnêtement tout est dur. Je suis déçu. Il faut que je retrouve du rythme, que je fasse des matchs, des matchs, des matchs. Il faut continuer à y croire."

Gilles Simon, qui n’avait plus joué un ATP depuis février, a perdu son seul match sur terre battue à Lyon. À 36 ans, il est aussi proche de la retraite.

Dans cette grisaille, un Bleu garde le sourire. Richard Gasquet a remporté 50 % de ses dix derniers matchs dont son duel d’hier face au petit Argentin Diego Schwartzman.

Et on ne parlera pas de Benoît Paire… Et encore moins de Lucas Pouille !

Et les jeunes ? Humbert et Moutet sont aussi dans le dur. Dur dur d’être français en 2021.