Ce mercredi soir, Novak Djokovic s'est vu refuser son entrée en Australie suite à l'annulation de son Visa. Si le Serbe a déposé un recours contre cette expulsion, il a été placé en quarantaine en attendant qu'une décision soit prise.

Pour rappel, le n°1 mondial est adepte des médecines alternatives et n'a jamais confirmé avoir été vacciné contre le Covid. Il s'était rendu à Melbourne après avoir obtenu une exemption médicale qui n'est visiblement pas du goût des Australiens. Depuis son arrivée, les événements s'enchaînent et les réactions pleuvent. Suivez l'évolution de la situation en direct:

-17h15 : Septième mondial, Matteo Berrettini s’est lui montré très prévenant sur la situation : “J’ai de la compassion pour Novak. Personne ne veut se retrouver dans cette situation. Mais je comprends pourquoi l’opinion publique en Australie réagit comme cela. Melbourne a vécu le plus long confinement du monde, donc je les comprends. C’est une situation très difficile à commenter.”

-17h00: selon le quotidien australien The Age, la raison pour laquelle Novak Djokovic a été arrêté et mis en quarantaine à son arrivée est son dossier médical jugé trop léger. Les justificatifs fournis par le Serbe n'étaient pas assez précis et seulement appuyés par un médecin, contrairement aux trois autres personnes qui ont pu bénéficier de la même exemption médicale. Ce qui n'est pas incompatible avec la thèse des pressions politiques exercées par le gouvernement australien qui voudrait faire du cas Djokovic un exemple.

- 15h20: Viktor Troicki, capitaine de l'équipe de Coupe Davis serbe, parle d'un "cauchemar pour le sport. Jamais aucun athlète n'a été traité de cette façon, torturé en quelque sorte. C'est un scandale énorme qui n'a rien à voir avec le tennis ou le sport, c'est juste politique. Le gouvernement australien a décidé de faire un exemple alors que Novak avait reçu une exemption. C'est une blague qu'elle ne soit plus valide. Tout s'est envenimé quand il a communiqué son départ pour l'Australie sur ses réseaux sociaux. Les médias australiens ont directement fait pression. Mais c'est la routine de Novak, il avertit toujours ses fans. Il n'a rien fait de mal car il avait cette exemption. J'espère que l'ATP va prendre des sanctions."

- 14h35: Djordje Djokovic, le frère de Novak, donne actuellement une conférence de presse. Il a commencé par lire un message du n°1 mondial: "Dieu voit tout. Ma bénédiction est spirituelle et la leur est matérielle", y déclare le Djoker. Djordje a ensuite affirmé ceci: "Novak est la Serbie et la Serbie est Novak. Ils piétinent Novak et donc le peuple serbe. Ils veulent le mettre à genoux lui et notre pays. Nous sommes une nation fière et civilisée, nous avons été bombardés et opprimés. Nous ne nous rendrons jamais."

- 14h30: les médias serbes rapportent que Novak Djokovic est toujours privé de la plupart de ses effets personnels et qu'il lui a été refusé de passer Noël (que les orthodoxes fêtent le 7 janvier) avec son staff.

- 14h15: Srdjan Djokovic n'est toujours pas calmé. Le papa de Novak a partagé sur ses réseaux sociaux un appel à la manifestation devant le parlement serbe à 15 heures. En ayant comparé son fils à un prisonnier politique, il fait surtout risquer une lourde sanction à son rejeton, selon The Age. Le média australien affirme que le Serbe risque jusqu'à trois ans d'interdiction d'entrer sur le territoire australien !

- 13h20: si la justice australienne assure qu'elle ne se laissera pas influencer par le contexte ("Le cavalier ne se laissera pas mener par sa monture", a joliment déclaré le juge Anthony Kelly), le président serbe Aleksandar Vucic entend faire tout ce qui est en son pouvoir pour libérer Novak Djokovic. Belgrade aurait déjà contacté à deux reprises l'ambassadeur d'Australie en Serbie tandis que la Première ministre Ana Brnabic a des contacts avec le ministère australien de l'Immigration et des Frontières. Les autorités serbes aimeraient notamment permettre à Djokovic de quitter le Park Hotel, qualifié d'"infâme" par le président Vucic, pour rejoindre la maison qu'il a louée pour la durée du tournoi.

- 12h45: un employé de la Rod Laver Arena a demandé à des spectateurs d'enlever leurs signes de soutien à Novak Djokovic pendant l'ATP 250 de Melbourne qui se déroule en ce moment. On peut voir la scène sur cette vidéo Twitter, bien que les signes de soutien n'apparaissent pas à l'image:

- 12h35: quand Ryanair met son grain de sel avec une petite moquerie sur les réseaux:

- 12h20: un journaliste du Guardian rapporte que deux manifestants ont été arrêtés devant l'hôtel de Novak Djokovic. Ces manifestants défendaient surtout les nombreux réfugiés qui sont enfermés dans le Park Hotel depuis de nombreux mois (voir info de 7h55 ci-dessous).

- 11h45: Tennis Australia, qui a délivré l'exemption médicale au n°1 mondial, est de plus en plus pointé du doigt. Chris Smith, journaliste pour Sky News, s'en prend à l'organisation de l'Australian Open: "Tout ceci aurait pu être évité depuis novembre, moment choisi par le ministère de la Santé pour faire savoir à Tennis Australia les conditions d'entrée en Australie. La faute vient Tennis Australia, bien plus que de Djokovic ou de son staff."

- 11h15: Medvedev, n°2 mondial, a commenté à son tour la situation du Serbe. Sans prendre trop de risques: "S'il possède effectivement une exemption médicale valable, il devrait pouvoir jouer. Si ce n'est pas le cas, alors il ne devrait pas être là." En cas d'absence de Djokovic, le joueur russe pourrait opérer un sacré rapproché en tête du classement ATP.

- 11h10: depuis sa chambre, où il est en quarantaine, Novak Djokovic peut au moins profiter de l'animation mise par ses supporters et les anti-vaccin rassemblés devant son hôtel. Et tant pis s'il voulait se reposer après un long et éprouvant voyage.

- 10h45: au contraire de Rafael Nadal, Feliciano Lopez est venu à la rescousse de Djokovic. L'ancien joueur affirme n'avoir "l'intention de défendre personne" mais regrette que "tout se complique quand les politiques entrent sur le terrain. Les règles sont les mêmes pour tout le monde mais elles ne peuvent pas changer du jour au lendemain."

- 10h20: Novak Djokovic doit-il participer à l'Open d'Australie ? C'est notre sondage du jour !

Novak Djokovic doit-il participer à l'Open d'Australie ?

Votes clôturés

Oui, à partir du moment où il a réussi à obtenir une dérogation médicale 16,6%
Non, il doit être vacciné, les règles sont les mêmes pour tout le monde 83,4%

10551 votes


- 10h05: Srdjan Djokovic, le père de Novak, est dans tous ses états depuis que le visa de son fils a été refusé. Sa dernière déclaration en date semble confirmer que le n°1 mondial n'est pas vacciné et que ses convictions dépassent la simple question de la santé publique: "Novak est le Spartacus du nouveau monde et ne tolère pas l'injustice et l'hypocrisie. Il est emprisonné mais n'a jamais été plus libre. Il se bat pour l'égalité de tous les peuples sans distinction de couleur, de religion ou d'argent. Il est le symbole du monde libre." Rien que ça.

- 9h55: Tennys Sandgren, 96e mondial à l'ATP, est un anti-vaccin affirmé qui a déjà déclaré forfait pour l'Open d'Australie, où il a pourtant atteint le stade des quarts de finale à deux reprises. Le joueur américain s'émeut à sa façon du scandale autour de Novak Djokovic, en faisant savoir qu'il a de nouveaux followers serbes:

- 9h25: un journaliste de 9News Australia a pu échanger avec un homme qui a vu Djokovic présenter ses documents lors de son arrivée à Melbourne. "Il dit que Novak a montré plusieurs papiers avec les logos de Tennis Australia. Il avait légitimement l'impression que cette exemption médicale était suffisante."

- 9h10: le modeste Park Hotel de Melbourne est devenu le nouveau point de rassemblement des supporters de Djokovic et des manifestants antivax. Nos confrères de l'AFP ont pu immortaliser ces rassemblements.

© AFP
- 8h45: Novak Djokovic a obtenu un sursis à son expulsion. L'audience concernant la validité de son visa a été reportée à lundi, comme l'a expliqué un avocat du gouvernement. D'ici là, le Serbe restera en quarantaine. Le juge Anthony Kelly a invité les avocats des différentes parties à préparer leurs appels durant le week-end.

- 8h30: Aleksandar Vucic, le président de la Serbie, a déclaré vouloir "se battre pour Nole". Au cours d'un entretien téléphonique, il lui a assuré son soutien: "Je lui ai dit que toute la Serbie était avec lui. Nous faisons tout notre possible pour que le harcèlement du meilleur joueur de tennis du monde cesse immédiatement." Ou quand cette affaire prend la tournure d'un véritable incident diplomatique...

- 7h55: le Park Hotel, où Djokovic a été placé en quarantaine, est décrit comme un "établissement infâme". Depuis plus d'un an, cet hôtel accueille des réfugiés en provenance d'îles voisines. En octobre dernier, une épidémie de Covid avait frappé cet hôtel où l'on a déjà vu des réfugiés afficher ces messages aux fenêtres: "Arrêtez ce centre de torture". Le 23 décembre dernier, certains médias rapportaient même un début d'incendie au Park Hotel, sans gravité. Pour autant, l'établissement n'avait pas été évacué. Voilà qui donne une idée de la détermination des Australiens à faire respecter la quarantaine.

© Twitter
- 7h30: invité à réagir à la polémique, Rafael Nadal s'est plutôt rangé du côté de l'Australie. "S'il le voulait, il (Djokovic) jouerait cet Australian Open sans problème. Chacun est libre de prendre ses décisions mais il faut alors en assumer les conséquences. Le monde a déjà assez souffert, il faut se faire vacciner", a déclaré l'Espagnol. Plus d'informations ici.

- 7h20: Djokovic a été placé en quarantaine au Park Hotel de Melbourne. Le Serbe est arrivé dans sa nouvelle demeure sous l'œil de nombreux curieux et de plusieurs caméras. Quelques minutes plus tard, il saluait la foule depuis la fenêtre de sa chambre. Un correspondant de BFM TV a expliqué la scène avant de donner des éclaircissements sur les réticences des Australiens vis-à-vis de l'exemption médicale du serbe: "Melbourne est la ville qui est restée le plus longtemps en quarantaine. Ses habitants ne pouvaient pas la quitter, même pas pour rendre visite à des proches gravement malades ou pour assister à des funérailles."

- 7h00: selon ABC, deux autres exemptions médicales ont été accordées à des participants de l'Australian Open. Et ces deux joueurs, dont on ignore encore l'identité, risquent de recevoir le même accueil que Novak Djokovic à leur arrivée "Down Under".