Kim Clijsters a faim de tennis après quelques mois de galère

TORONTO “It’s nice to be back in Toronto.”

C’est une des premières choses qu’elle a confié à son arrivée, samedi. Kim Clijsters (WTA 2) est heureuse de retrouver l’ambiance du circuit, cette semaine, au Canada où elle effectue son retour à la compétition après avoir dû renoncer la mort dans l’âme à disputer Wimbledon suite à une blessure à la cheville.

“Je suis contente de pouvoir reprendre ma raquette. La revalidation a assez duré”, sourit-elle. “J’ai travaillé dur ces deux, trois dernières semaines. J’ai l’impression de bien toucher la balle et d’avoir progressé.”

Kim Clijsters joue gros durant le mois à venir sur les courts en dur du continent américain. C’est qu’après des débuts en fanfare avec un triomphe à l’Australian Open et un retour à la première place mondiale, exploit unique pour une maman joueuse, son année 2011 a pris une tournure assez sinistre.

La Limbourgeoise s’est blessée à l’épaule, puis à la cheville et opéré quelques choix douteux de calendrier qui ont entraîné des résultats décevants avec comme conséquence une perte de confiance et de plaisir. Déboussolée, pour ne pas dire dégoûtée après sa défaite à Rosmalen contre la modeste Italienne Romina Oprandi, elle espère retrouver ses sensations sur sa surface de prédilection.

“Tout le monde est très motivé”, assura-t-elle. “Carl (NdlR : Maes, son nouveau coach) s’est très bien intégré à l’équipe. Wim a pris son relais ici. J’attends avec impatience de voir ce que cela donnera en match…”

Exemptée du premier tour en tant que tête de série n°2 du tableau, Kim Clijsters fera son entrée en lice ce mardi contre la petite Chinoise Jie Zheng (WTA 82), issue des qualifications. En cas, de victoire, elle pourrait alors défier une certaine Serena Williams (WTA 80) dans un huitième de finale explosif qui fait déjà saliver les Canadiens.

“De toute façon, après Toronto, j’aurai encore le tournoi de Cincinnati pour être fin prête pour l’US Open, un rendez-vous cher à mes yeux”, ajouta-t-elle.

Kim Clijsters garde en tout cas de très bons souvenirs de ses précédents passages à Toronto. C’est là, en 2003, qu’elle y étrenna pour la toute première fois sa place de numéro 1 à la WTA, recevant en cadeau un maillot de l’équipe de hockey sur glace des Toronto Maple Leafs avec le chiffre 1. Et en 2005, le tournoi se jouant en alternance avec celui de Montréal, elle s’y était imposée en battant Justine Henin en finale, en route vers un premier sacre à l’US Open. Bref, de quoi lui donner du coeur à l’ouvrage…



© La Dernière Heure 2011