Sur le court n°14, l'Ostendais, 27 ans, lauréat du tournoi junior en 2012, a en effet raté le coche contre le Colombien Daniel Elahi Galan (ATP 106), 24 ans, tête de série n°2, s'inclinant 5-7, 7-6 (7/4), 6-4 après avoir servi pour le match à 7-5, 5-4. "Je râle des barres, car j'étais le meilleur joueur lors de deux premiers sets", a-t-il dit à Belga après sa défaite. "J'avais le match en main. Je jouais long, je dictais l'échange et il rencontrait les pires difficultés à s'accrocher. Malheureusement, je ne suis pas parvenu à conclure. Et du coup, je rentre à la maison, car je sais que je n'ai aucune chance d'être éventuellement repêché comme lucky loser. Je crois que je suis huit ou neuvième sur la liste. C'est très dommage. J'avais vraiment le niveau pour figurer dans le tableau final."

Déjà éliminé l'an dernier au dernier tour des qualifications à Paris, par l'Italien Marco Cecchinato, Kimmer Coppjans risque de pester encore un petit temps sur le smash facile qu'il a raté à 5-4, 30-30 au deuxième set et qui lui aurait donné une balle de qualification. Ce fut le tournant du match.

"Oui, ce smash a fait très mal", a-t-il poursuivi. "Je ne sais d'ailleurs toujours pas bien comment il a ramené mon slice. Je me demande même si la balle n'a pas rebondi deux fois. De toute manière, je n'aurais jamais pu le frapper dans le filet. Et derrière, je joue une amortie un peu désespérée et cela m'a coûté le break. Et le match. Il était complètement relancé et comme depuis le début de ces qualifs, j'ai joué un mauvais jeu décisif pour lui permettre d'égaliser à un set partout. J'ai encore essayé de me battre par la suite, mais je n'ai pas réussi à garder la même concentration et intensité. J'espère avoir plus réussite à Wimbledon."