Tennis Demi-finaliste l’an dernier à Melbourne, la n°1 belge doit gérer ce moment de vérité.

Véritable machine à gagner à l’aube de la saison 2018, avec un titre engrangé à Hobart et cette fameuse demie à l’Open d’Australie, la Limbourgeoise de 23 ans a depuis subi quelques contre-performances. Poursuivre cette courbe étincelante et confirmer sa moisson de l’an dernier, voilà sa mission. Avec son optimisme habituel, un fair - play à toute épreuve et cette détermination à la Clijsters, Elise Mertens détient les ressources pour rebondir après plusieurs mois compliqués et quelques coachs évincés.

Éliminée en quart à Sydney contre la locale Barty (WTA 15), elle doit encore trouver la bonne carburation dans son jeu. Consciente du problème, elle analysait ce revers avec lucidité. "Elle a joué avec beaucoup de sécurité et a commis très peu de fautes, alors que pour ma part, j’ai forcé, car je voulais en faire trop. Mais bon, tout cela fait partie de la préparation pour l’Australian Open. Et j’espère que je réussirai à développer mon tennis agressif à Melbourne."

Fidèle à sa prudence en matière de communication, teintée d’une bonne dose d’humilité, Mertens entend avant tout "progresser dans le tableau match par match". Même si elle se rend bien compte qu’elle a "énormément de points à défendre et que les attentes seront élevées".

De son côté, Kirsten Flipkens envisage son 11e Grand Chelem en Australie avec du recul. Alors qu’elle vient de fêter ses 33 ans par une défaite, également en quart, à Hobart, la 49e à la WTA déclarait : "Le niveau s’est élevé et il n’y a plus de matchs faciles comme on dit. Je sais donc que je devrai directement être au taquet."