Coupe Davis: never change a winning team...

Tennis

Serge Fayat

Publié le

Coupe Davis: <i>never change a winning team</i>...
© Photonews
La Belgique devrait logiquement s'imposer au Zimbabwe et remonter dans le Groupe Mondial

HARARE Le jour J est arrivé. Ce vendredi midi, l'équipe belge de Coupe Davis entame à Harare le deuxième volet de son parcours qui doit la mener vers la remontée dans le Groupe Mondial de l'épreuve. Après avoir facilement écarté la Grèce, au mois d'avril dernier à Liège, la Belgique devra cette fois vaincre chez lui le Zimbabwe pour mériter de retrouver une place parmi les seize meilleures nations tennistiques de la planète.

`L'équipe est prête, confie Steven Martens, le capitaine. Le fait d'être arrivé suffisamment tôt a permis à tous les joueurs de s'adapter tranquillement aux conditions et de mettre le maximum d'atouts de leur côté. Les désagréments qu'aurait pu causer l'altitude ont ainsi disparus. La surface en dur, elle aussi, a été pleinement assimilée. Neutre, elle permettra à chacun de s'exprimer selon ses capacités. Maintenant, c'est à eux de jouer...´

Il n'y a pas eu de surprises, jeudi midi, lors du tirage au sort effectué par Grace Mugabe, l'épouse du président. Comme il l'avait confié la veille, Steven Martens a choisi de reconduire la même formation que celle qui avait battu la Grèce. Xavier Malisse et Olivier Rochus ont ainsi été titularisés pour disputer les simples, tandis que Tom Vanhoudt et Gilles Elseneer joueront le double. Never change a winning team...

`Xavier joue vraiment bien pour l'instant. J'espère qu'il pourra conserver cette forme jusqu'à la fin du week-end. Il touche remarquablement la balle et devrait normalement pourvoir surclasser les frères Black. Olivier, lui, semble avoir repris du poil de la bête. Il a traversé une petite crise de confiance ces dernières semaines, mais j'espère que cette rencontre lui permettra de se relancer.´

Sans vendre pour autant les défenses de l'éléphant africain avant de l'avoir tué, le capitaine belge entrevoit l'écheance avec sérénité. Il est vrai que si le Zimbabwe peut toujours s'appuyer les frères Byron et Wayne Black, ainsi que le spécialiste de double Kevin Ullyett, il ne représente plus la même menace qu'il y a quelques années, lorsqu'il avait par exemple failli battre à domicile les Etats-Unis avec Andre Agassi.

Père pour la deuxième fois cet été, Byron Black n'a plus le feu sacré. Le leader de l'équipe, 33 ans, a rétrogradé au 265e rang, tandis que son frère cadet Wayne figure carrément à la 407e place. Seul le double, en fait, semble redoutable... `La Coupe Davis génère d'autres règles que celles du circuit et il faudra donc toujours se méfier, analyse Steven Martens. Les frères Black pourront se reposer sur leur expérience et j'imagine que l'ambiance, avec le bruit des tam-tam, sera assez chaude. Il n'empêche, leur type de jeu devrait parfaitement convenir à Xavier et Olivier. En fait, tant les Zimbabwéens apparaîssent fort en double, tant nous devrions pouvoir les dominer en simple. J'espère d'ailleurs que nous mènerons 0-2 vendredi soir.´

Ce serait un excellent scénario...

© Les Sports 2002

Newsletter Sports+

Vos articles Sports

Fil info