Avec dans ses rangs quatre joueurs du top 30, Daniil Medvedev (ATP 2), Andrey Rublev (ATP 5), Aslan Karatsev (ATP 18) et Karen Khachanov (ATP 29), la Russie sera l’une des grandes favorites de la Coupe Davis. Un statut que le capitaine de l’équipe, Shamil Tarpischev, ne repousse pas vraiment même s’il y met un petit bémol : "La saison a été très longue pour tout le monde donc il est difficile de savoir dans quelles dispositions se présentent les joueurs des différentes nations. J’ai vu pas mal d’équipes arriver assez tôt sur les différents sites pour préparer très sérieusement le tournoi. Dans un premier temps, assurons notre qualification pour les quarts de finale avant de penser à autre chose."

Avec une première rencontre contre l’Équateur ce samedi, la Russie pourra entamer son tournoi calmement et sereinement face au Petit Poucet de l’épreuve. Le meilleur joueur sud-américain étant Emilio Gomez, 149e mondial. Récent finaliste du Masters, Daniil Medvedev, qui est arrivé à Madrid mercredi soir, pourrait même être laissé au repos pour l’occasion.

"Il est certain que je suis fatigué après une telle saison, expliquait le vainqueur du dernier US Open. Je ne vais pas vous mentir. Mais dans chaque tournoi que je joue, j’essaie de faire de mon mieux. Je reste sur deux bons tournois à Paris et Turin, avec à la clé deux finales. En plus, ici, la motivation viendra aussi de la présence autour de moi de l’équipe. Si je gagne un match, ce n’est pas seulement pour moi, c’est pour l’équipe. Vu le format de l’épreuve, chaque point sera important. Peu importe qui nous jouons et quels sont les classements de nos adversaires. La Coupe Davis demeure une compétition spéciale. Nous sommes favoris face à l’Équateur mais cela ne veut rien dire. Je me suis entraîné quelques fois cette saison avec Emilio Gomez, leur premier joueur. Il sait comment je joue et je connais son tennis. Si on s’affronte, ce sera un vrai défi pour moi."

Lauréate de l’ATP Cup en début de saison, la Russie pourrait boucler la boucle en terminant l’année par un nouveau succès qui viendrait s’ajouter à celui de l’équipe de Fed Cup. "L’année 2021 de la Russie a été une réussite, terminait Karen Khachanov. En plus de ces deux titres, il y a aussi les trois médailles ramenées des JO de Tokyo. C’est génial."