Davenport montre les dents

Tennis

Serge Fayat

Publié le

Davenport montre les dents
© AP

Maman Lindsay épate aussi à Indian Wells

INDIAN WELLS Il paraît que son fils Jagger lui a fait vivre un cauchemar ces derniers jours car il commence à faire ses dents, mais sur le court, c'est elle qui en fait voir de toutes les couleurs à ses adversaires... Lindsay Davenport (WTA 36), 31 ans, continue son épatante remontée vers les sommets du tennis féminin à l'occasion de l'important tournoi d'Indian Wells. L'Américaine, maman depuis le mois de juin dernier, a cette fois battu, mardi soir, Marion Bartoli (WTA 10), la finaliste de Wimbledon, 6-2, 7-5 pour se hisser en quart de finale.

"J'ai dû l'amener chez le médecin du tournoi, car il avait beaucoup de fièvre, raconta-t-elle. J'étais même un peu gênée, car je me disais qu'il y aurait peut-être un joueur ou une joueuse qui attendait. Heureusement, il n'y avait personne. Il avait des rougeurs partout et il était très agité. C'était la première fois que je le voyais ainsi. On m'a expliqué que c'est parce qu'il était en train de faire ses dents et que je ne devais pas m'inquiéter."

Beaucoup se demandent comment Lindsay Davenport est parvenue à retrouver aussi rapidement un tel niveau de jeu après sa grossesse. S'il est clair qu'il existe partout dans le monde des millions de mamans qui travaillent à plein-temps, réussir la combinaison avec un sport de haut niveau n'est pas donné à toutes. Il y a une part de don, de talent, bien entendu, mais aussi et peut-être surtout une notion de plaisir et de joie d'être encore en mesure de pratiquer son sport favori en tant que maman.

"J'adore être occupée"

"J'adore être occupée, avoir des choses à faire. Il n'y a rien de plus ennuyeux, sur le circuit, que les journées où vous ne jouez pas", poursuivit l'ancienne première joueuse mondiale, qui a déjà remporté trois tournois depuis son retour à la compétition. "Évidemment, cela demande certains sacrifices; mais quelque part, c'est un agréable dérivatif d'être sur le court pendant une heure et demie et de pouvoir penser à autre chose. J'ai suffisamment de gens dans mon entourage pour s'occuper de lui, ce qui fait que chaque fois que je le quitte, je ne dois pas me faire de soucis. Sincèrement, j'ai beaucoup de chance..."

Ce jeudi, en quart de finale, c'est Jelena Jankovic (WTA 4) qu'elle retrouvera de l'autre côté du filet pour une place dans le dernier carré. Il s'agira, évidemment, d'un match délicat, mais devant son public, la Californienne, qui a déjà battu la Serbe à Bali l'automne dernier, peut très bien envisager de continuer l'aventure. Et puis, le tournoi d'Indian Wells lui a toujours souri par le passé, avec deux titres conquis en 1997 et en 2000 et quatre autres accessions en finale !

"C'est sans doute mon tournoi favori. C'est celui, en tout cas, où j'ai connu le plus de succès dans ma carrière. Pourtant, c'est étrange, car les conditions de jeu ne me sont pas spécialement favorables. Les courts ne sont pas très rapides. Ils sont un peu granuleux. Et puis, il y a parfois pas mal de vent. Ce n'est pas toujours évident de faire avancer la balle. D'un autre côté, j'ai beaucoup d'amis dans le coin et ma famille a l'occasion de venir me voir jouer. C'est ici également que je suis passée professionnelle. Bref, j'ai de grands souvenirs..." conclut-elle.

Et ce n'est peut-être pas fini...



© La Dernière Heure 2008

Newsletter Sports+

Vos articles Sports

Fil info