Deux anciens finalistes à la trappe

Tennis

Publié le

Le tournoi a déjà fait ses premières victimes

MELBOURNE L’Allemand Rainer Schuettler (N.6), finaliste en 2003, et le Français Arnaud Clément (N.30), finaliste en 2001, ont disparu dès le premier tour des Internationaux d’Australie de tennis, lundi à Melbourne.

Sans autre excuse que celle d’avoir participé au Masters en novembre et de n’avoir pas eu le temps de se préparer, Schuettler s’est fait battre par le jeune Suédois Robin Soderling (57e mondial) 4-6, 4-6, 7-5, 6-3, 6-4. Dernier à sortir du central l’an dernier, il a été le premier à le quitter cette année et compte désormais trois défaites au premier tour dans les tournois auxquels il a participé, à Doha, Sydney et Melbourne, depuis le début de l’année.

Pour les Suédois, qui n’avaient pas gagné un seul tournoi pour la première fois depuis des lustres en 2003, cette victoire acquise à 19 ans est une bouffée d’espoir. Au prochain tour, Soderling sera opposé au Français Nicolas Escudé, qui a un peu peiné pour écarter Lee Hyung-taik (69e) 6-3, 7-6 (7/5), 6-2, lequel fut l’année dernière le premier Coréen à remporter à Sydney un tournoi ATP en battant en finale l’Espagnol Juan Carlos Ferrero.

Cette année, Ferrero avait chuté dès le premier tour à Sydney face à un gaucher australien de dix-huit ans, Chris Gucccione. Ce puissant et haut serveur, finaliste junior à Wimbledon en 2003, a disposé d’un autre jeune joueur local, Alun Jones, 6-3, 7-6 (7/3), 6-2, dans une partie entre invités.
Battu par le Russe Nikolay Davydenko (52e) 6-7 (6/8), 4-6, 6-4, 6-1, 6-2, Clément était bien parti pour s’imposer en trois sets quand il fut pris de maux de ventre et demanda à aller aux toilettes. Alors qu’il était mené 3-0 dans le quatrième set, il fit venir le soigneur et prit un cachet. Mais il était déjà trop tard pour qu’il retrouve ses jambes, dont la vélocité est l’un de ses principaux atouts.

Avec le forfait Carlos Moya (N.7), un troisième finaliste, celui-là de 1997, a quitté le tournoi prématurément. L’Espagnol s’était donné une entorse à la cheville droite au début de la finale contre l’Australien Lleyton Hewitt, samedi, à Sydney.

Dans le match de brutes qui l’opposait au Chilien Fernando Gonzalez (35e), l’Américain Andy Roddick (N.1) n’a pas plié. Mais les balles douteuses ont souvent été jugées en sa faveur, dont une aurait pu valoir à Gonzalez le gain du troisième set, alors qu’il avait fait le break et menait 5-4, en lui évitant un jeu décisif. Et qui sait quel sort attendait Roddick en cinq sets ? Le Marocain Younes El Aynaoui (N.18), qui lui avait opposé une résistance dantesque en quarts de finale l’an dernier, s’est retiré cette fois-ci sur la pointe de son pied droit blessé, alors qu’il était mené 4-1 face à l’Espagnol Galo Blanco.

Dure invitation que celle reçue par la jeune Australienne de quinze ans Olivia Lukaszewicz, 870e mondiale ! Elle l’a honorée en s’inclinant pendant 45 minutes. Quand elle releva la tête, le tableau indiquait 6-0, 6-0 !

Newsletter Sports+

Vos articles Sports

Fil info