Être fan de sport n'est pas de tout repos depuis quelques années. Désormais, la spontanéité n'existe plus et chaque émotion finit toujours par passer par la case "remise en question". Au singulier, puisque cette question est souvent la même : la performance à laquelle je viens d'assister est-elle à l'abri de tout soupçon ?

Il faut dire que certains nous ont pris pour les derniers des imbéciles en débarquant de nulle part pour repartir aussi vite dans l'ombre, avec un contrôle antidopage positif dans les chaussettes. Je parle là essentiellement de cyclisme, bien sûr. Une discipline ô combien salie mais qui a au moins le courage de s'attaquer à ce monstre du sport qu'est devenu le dopage. Si l'athlétisme a mis un peu plus de temps à s'y mettre, on peut surtout regretter que certains se contentent d'un pseudo nettoyage qui les arrange. Le tennis en est l'exemple le plus flagrant parmi les sports populaires.


Bartoli passe d'ultra-motivée à fatiguée en un temps record

Cette semaine, c'est Marion Bartoli qui joue avec nos pieds. Pour rappel, la lauréate de Wimbledon 2013 a annoncé sa retraite ce jeudi, après une défaite en trois sets à Cincinnati. "J'ai subi beaucoup de blessures depuis le début de l'année. Je suis sur le circuit depuis si longtemps, et j'ai vraiment forcé et tout donné pendant ce Wimbledon. J'ai senti que j'avais épuisé toute l'énergie restante dans mon corps. J'ai réalisé mon rêve et ça restera avec moi pour toujours, mais maintenant mon corps n'arrive plus à tout supporter". 

La joueuse de 28 ans restait pourtant sur une série de déclarations qui laissaient présager le meilleur à ses fans. Dans L'Equipe, le 6 août dernier, elle avouait notamment avoir "d'autres rêves, d'autres objectifs. Gagner la Fed Cup, gagner une médaille aux JO à Rio."  Nicolas Mahut (son ami et partenaire en double mixte) himself tombe des nues dans les colonnes de L'Equipe, ce vendredi : "Même ici, à Cincy, on ne pouvait se douter de rien. Mardi, elle me disait qu'on allait jouer le double mixte à l'US Open. Elle parlait des Masters et même des prochains JO... Juste avant de partir pour la tournée nord-américaine, on s'était entraînés ensemble en France. On était partis aussi en week-end en Sologne chez un ami. Même là, quand on jouait, elle mettait de l'intensité !"

Et la veille de l'annonce de son retrait, Bartoli tweetait ceci :


Bartoli n'est pas la première…

Le tennis n'en est malheureusement pas à son coup d'essai en termes de retraite ou de longue absence. Parmi les plus récentes, Serena Williams (de juillet 2010 à juin 2011) avait ainsi manqué neuf mois de compétition à cause de… bris de verre dans le pied, avant d'en manquer trois de plus suite à une embolie pulmonaire. Rafael Nadal a lui aussi connu de nombreuses blessures, dont une au genou qui l'a tenu écarté des courts entre juillet 2012 et février 2013. Del Potro (2010) et Gaël Monfils (2012), pour ne citer qu'eux, ont également été longtemps écartés des courts. La théorie du complot avait déjà frappé Justine Henin et Kim Clijsters en leur temps et s'était vérifiée pour Martina Hingis puisque la Suissesse avait fait l'objet d'un contrôle positif en 2007 alors qu'elle avait déjà mis sa carrière entre parenthèses de 2003 à 2006…

Les suiveurs du tennis se font ainsi de plus en plus sceptiques, sans doute à juste titre, car ces pas de côté ressemblent fortement à des dettes à payer aux instances du tennis. Si tous les noms précités ne sont pas à assimiler au dopage, les coïncidences se multiplient déraisonnablement. Dès lors, la présomption d'innocence doit-elle encore prévaloir sur l'envie de crier à l'Omerta ? Une chose est certaine, depuis mercredi, Pat McQuaid (président de l'Union cycliste internationale) m'inspire plus confiance que les hauts-placés de la petite balle jaune. Et ce n'est pas peu dire…

Une opinion de Nicolas Christiaens