Rafael Nadal en personne avait défendu Robert Farah lors de l’Open d’Australie.

Le Colombien, grand spécialiste du double, avait été contrôlé positif à la boldénone et provisoirement suspendu par la fédération internationale (ITF). Il s’était défendu en attribuant le test positif à la consommation de viandes colombiennes contaminées par cette substance. “Les explications de M. Farah concernant la présence de boldénone dans son organisme ont été acceptées et il a été décidé qu’il n’était pas coupable de faute ou de négligence pour cette violation”, a expliqué l’ITF dans un communiqué. L’instance a conclu que l’ingestion de la substance n’était pas “intentionnelle”. Il peut à nouveau jouer.