Pour ses grands débuts, la Limbourgeoise, 23 ans, a ainsi été la toute première joueuse éliminée du tournoi, lundi midi. Sur le court n°7, elle s'est inclinée 6-1, 6-4 après 1h03 de jeu à peine contre la Tchèque Marketa Vondrousova (WTA 19), 21 ans, finaliste de Roland-Garros en 2019. "Je n'ai pas pu jouer beaucoup de matches depuis la reprise. Tomber directement sur une joueuse du top-20 n'était pas un cadeau", a dit la joueuse belge après sa défaite. "Elle a déjà disputé une finale de Grand Chelem. Dans le premier set, je n'ai pas eu voix au chapitre. Elle ne ratait quasiment rien. Je devais aller chercher les points et commettais trop de fautes. Je me suis bien reprise par la suite. J'ai mieux joué tactiquement en amenant plus de variété, en usant plus du slice et en visant plus son coup droit."

Greet Minnen pestera d'ailleurs encore quelques heures sur les deux balles de break dont elle hérita pour s'échapper à 5-3 dans le deuxième set, à un moment où Marketa Vondrusova se mettait à douter après avoir mené 6-1, 2-0.

"Si je veux être critique envers moi-même, j'aurais dû saisir cette occasion", a-t-elle poursuivi. "C'est dommage, car si j'avais pris ce set, on ne sait pas ce qui aurait pu se passer. Elle n'avait pas non plus énormément de matches dans les jambes, mais elle a déjà plus d'expérience et c'est ce qui a fait la différence", a ajouté Minnen, qui regrettait aussi l'absence de public dans les tribunes. "C'est très étrange. On monte sur le court dans un tournoi du Grand Chelem et il n'y a personne. C'est comme si on venait jouer un match d'entraînement. Je vais rester pour encourager Alison (sa compagne, ndlr) et la semaine prochaine, je serai normalement à Istanbul."