Tennis Elise Mertens a perdu ses deux matchs en deux sets. Dur, dur.

On le sait : dans le tennis féminin, la confiance joue un rôle essentiel. Encore plus lorsque, comme en Fed Cup, il se joue en équipe. Certes, la technique et la forme physique ont leur importance. Mais c’est, d’abord, dans la tête que tout se joue.

Elise Mertens s’en est encore rendu compte ce week-end. La première joueuse belge savait qu’elle portait, sur ses épaules, une grande partie des espoirs de qualification de son pays. Et elle s’est fait rattraper à la fois par la pression et l’émotion. Battue deux fois en deux sets (samedi par Alizé Cornet, dimanche par Caroline Garcia), la Limbourgeoise n’a pas été à la hauteur de la situation et n’a pas justifié son statut de leader. "Je n’ai pourtant pas l’impression d’avoir mal joué. Mais rien ne s’est mis comme je l’espérais. J’ai souvent bien commencé les jeux mais j’ai eu du mal, ensuite, à concrétiser. C’est frustrant mais c’est le tennis. Si j’avais converti les quelques balles de break dont j’ai bénéficié, l’histoire aurait été différente…"

Elise s’efforçait d’être philosophe. Et de positiver. "J’ai tout donné. Je n’ai pas grand-chose à me reprocher. Les Françaises ont, en outre, très bien joué. Caroline Garcia est l’une des meilleures joueuses du monde. Elle a fait parler son expérience sur les points importants…"

Lorsqu’on lui demande ce qui manque à l’équipe belge de Fed Cup pour réussir aussi bien que son homologue de Coupe Davis, Elise n’a pas de véritable explication. "On est capables de sortir de grands matchs, comme lors de notre victoire en Italie l’an passé. La motivation est là. On a envie de réussir de grands trucs. Mais nous n’avons peut-être pas encore l’expérience des grands matches. Ça viendra, j’en suis sûre…"

En avril prochain, en barrage, la Belgique tentera de conserver sa place au sein de la première division de l’épreuve. Et Elise Mertens, comme toujours, répondra présente. "Le calendrier du circuit féminin est très chargé. Mais je vais trouver de la place si on m’appelle."

D’ici là, elle tentera de reprendre confiance au fil des tournois. Si brillante l’an passé en début de saison, elle éprouve, cette fois, du mal à enclencher les bonnes vitesses. Question de patience, sans doute.