Avant l'heure, on disait ce tournoi de Roland-Garros très ouvert, chez les hommes comme chez les femmes. On n'est pas déçu. La première semaine qui s'achève en a été la plus belle preuve : pêle-mêle, on a assisté à la chute des deux tenants du titre (Juan-Carlos Ferrero et Justine Henin), d'un ancien vainqueur (Andre Agassi) et de quelques grosses têtes (Andy Roddick, Nadia Petrova). On a surtout vu que l'équilibre des forces était de plus en plus grand et que, même lors des premiers tours, les favoris n'étaient jamais à la fête, à l'ima- ge des spécialistes espagnols de la terre battue (il n'en reste que quatre sur dix-neuf dans le tableau masculin).

Bref, bien malin qui peut avancer, à ce stade de la compétition, les noms des deux lauréats de cette édition 2004. Le danger peut venir de partout. Ce week-end s'annonce, dans ce contexte, riche en enseignements. On se réjouit par exemple d'assister, ce samedi, aux duels entre Roger Federer et Gustavo Kuerten et à celui qui opposera Mary Pierce à Venus Williams. Mais il est clair que, côté belge, tous les regards seront tournés vers Xavier Malisse qui affrontera Albert Costa, autre ancien vainqueur de l'épreuve. Le Flandrien, dernier représentant en lice, n'aura rien à perdre. Jamais il n'a semblé aussi fort sur terre battue. A lui d'en profiter. En cas de succès, il affronterait le vainqueur du match entre Lleyton Hewitt et Martin Verkerk.

© Les Sports 2004