Fabuleuse Justine, reine de New York !

Tennis

ENVOYÉ SPÉCIAL AUX ETATS-UNIS SERGE FAYAT

Publié le

Fabuleuse Justine, reine de New York !
©
Justine Henin-Hardenne triomphe à l'US Open en battant Kim en finale en deux sets

NEW YORK Elle a levé les deux bras avant de se prendre la tête à deux mains et d'hurler sa joie. Justine Henin-Hardenne est la nouvelle reine de New York! Samedi soir, la Rochefortoise a ainsi remporté la deuxième levée du Grand Chelem de sa carrière en triomphant pour la première fois sur le ciment de l'US Open.

Héroïque la veille contre Jennifer Capriati, ce petit bout de femme de 21 ans a encore trouvé de fabuleuses ressources pour livrer une finale de toute beauté et vaincre sa compatriote Kim Clijsters en deux sets, 7-5 et 6-1.

Il s'agissait de la première fois, depuis 1994, qu'une Américaine ne figurait pas en finale du simple dames à l'US Open. A l'époque, Arantxa Sanchez-Vicario avait battu Steffi Graf en trois sets. Les Américains, d'ailleurs, faillirent boire le calice jusqu'à la lie après la défaite, plus tôt dans la journée, d'Andre Agassi en demi-finales contre Juan Carlos Ferrero, synonyme de passation de pouvoirs en tête du classement mondial.

Heureusement pour eux, Andy Roddick, leur coqueluche, les sauva d'un désastre complet en s'imposant en cinq sets contre David Nalbandian après avoir été aidé par le cri d'un spectateur dans le tie-break de la troisième manche, où il sauva une balle de match.


Entre-temps, samedi soir, la vingtaine de milliers de spectateurs qui avaient acheté leur ticket des mois à l'avance dans l'espoir d'y retrouver, si pas les soeurs Williams, au pire Lindsay Davenport ou Jennifer Capriati, durent assister, impuissants, à un duel entre deux joueuses venues d'un pays à la superficie équivalente à celle de l'Etat du... Delaware. Kim Clijsters et Justine Henin, cela dit, n'avaient nullement usurpé leur place à cette grand-messe, la grande inconnue étant simplement de savoir si la lauréate de Roland-Garros avait récupéré des nombreux efforts fournis la veille pour venir à bout de Jennifer Capriati.

Rentrée à son hôtel vers 3h du matin après avoir passé une heure dans les vestiaires avec une perfusion de glucose au bras, Justine Henin s'était réveillée vers 8h30 pour rester dans son lit jusqu'à midi. Arrivée à Flushing Meadows en début d'après-midi, elle avait reçu de nouveaux soins avant d'aller s'échauffer vers 17 h. C'était bon signe.

Confortée par le fait d'avoir déjà remporté une levée du Grand Chelem, à Paris, il y a trois mois, et consciente d'être diminuée physiquement, Justine Henin savait, en outre, qu'elle n'avait rien à perdre dans cette finale. Cela se ressentit directement, Kim Clijsters commettant un nombre anormalement grand de fautes directes pour lui permettre de mener 3-0 double break.

La Limbourgeoise, cela dit, entra ensuite dans le match et son tennis ravageur lui permit de... s'octroyer deux balles de set à 5-4, qu'elle ne réussit cependant pas à concrétiser. Et comme souvent dans ces cas-là, c'est le couvercle que l'on prend sur la figure, la Rochefortoise empochant la première manche 7-5 à sa première occasion.

Cette situation ne fit clairement pas les affaires de la première joueuse mondiale qui, qu'elle le veuille ou non, nourrit, depuis sa finale perdue à Roland-Garros, une forme de complexe vis-à-vis de sa rivale. Crispée, Kim Clijsters ne réussissait plus guère à se lâcher, face à une Justine Henin littéralement déchaînée, qui enchaînait les points gagnants de toute beauté.

Le marquoir fila rapidement à 4-0, puis à 5-1, avant qu'une dernière volée liftée en coup droit, après un revers dévastateur à faire pâlir de jalousie John McEnroe en personne, ne scelle les débats.

La tête dans les étoiles et le trophée entre les bras, Justine Henin rentrera en Belgique lundi matin. Pour elle, ce fut bel et bien l'Amérique!

© Les Sports 2003

Vos articles Sports

Newsletter Sports+

Fil info