Tennis Le capitaine Julien Benneteau ne montrait aucun signe de joie.

"Nous ne pouvions espérer une meilleure journée, racontait le capitaine. Le premier match était plus décousu car nous avions la volonté de ne pas laisser Alison mettre du rythme. La rencontre d’Alizé s’est déroulée selon les plans. Quand je l’ai sélectionnée, je m’attendais à ce type de match, un véritable combat."

La France est dans un fauteuil avec de nombreuses options. "Il reste encore beaucoup de réflexions avant les rencontres de dimanche. Quand j’imagine des scenarii, je m’arrête pour rester focus sur le présent. Sur le banc, je ne veux pas changer leurs habitudes. Avec Caroline, je suis concis. Avec Alizé, je suis plus dans le dialogue."