L’entraîneur du Kazakhstan est arrivé plutôt satisfait à Courtrai.

 Il a le sentiment que tout ce qui pouvait être fait a été fait. "Elles sont prêtes", confie Dias Doskarayev.

Elles sont prêtes à souffrir lors de chaque match. Le Kazakhstan n’est pas une équipe composée de stars, mais le duo Putintseva-Diyas est redoutable. La chef de file, 34e mondiale, est une joueuse assez complète qui a remporté son premier titre en 2019 à Nuremberg. Elle sera secondée par Zarina Diyas, 63e mondiale qui, à 26 ans, a remporté l’Open de Tokyo en 2017. Le Kazahstan pleure l’absence de sa meilleure joueuse, Elena Rybakina (WTA 25).

"Elle a été naturalisée il y a moins de deux ans", confirme le capitaine qui estime que le tirage au sort de jeudi revêtira une grande importance. "Si Mertens est programmée en premier match face à Diyas, la pression sera plus grande sur Putintseva. En revanche, si Yulia prend le premier point, nous serons bien lancés. De toute façon, tous les match s seront accrochés."

À l’exception d’un lapsus entre Kirsten Flipkens et Kiki Bertens, Dias Doskarayev a passé en revue avec justesse l’équipe belge. "Mertens a connu beaucoup de succès en simple et même en double. Elle joue avec beaucoup de confiance. Elle est la leader de l’équipe ce qui, je l’espère, pourrait la rendre nerveuse. Flipkens possède une grande expérience. Son slice imposera à son adversaire de longs rallyes. Minnen fêtera sa première. Je n’oublie pas Bonaventure."

Quant à savoir si l’absence de Kim Clijsters constituait une bonne nouvelle pour le Kazakhstan, le capitaine était assez loquace. "Je ne sais pas si c’est une bonne nouvelle. Nous ignorons son niveau actuel. Serait-elle comme lors du premier tournoi de sa deuxième carrière ? Est-elle en méforme ? Pour le circuit, revoir une telle légende est positif et amène le buzz. Les équipes peuvent encore changer jusqu’à jeudi. Nous attendrons donc le tirage pour connaître le nom des adversaires. Kim aurait dû jouer l’Open d’Australie. Je ne me concentre que sur les filles qui seront sur le terrain. La présence de Clijsters durant la semaine est certainement un plus pour l’équipe belge qui peut profiter de son expérience."