Amélie Mauresmo a mené son équipe vers un deuxième titre

MOSCOU Émotion. Le mot est revenu dans tous les commentaires faisant suite à la victoire (4-1) de l'équipe de France sur celle des Etats-Unis en finale de la 41e édition de la Fed Cup. L'émotion d'Amélie Mauresmo, tout d'abord, leader d'une formation conquérante qui avait fait le plus difficile en écartant la Russie de sa route au stade des demi-finales. Sur sa lancée du Masters, le n°4 mondial, qui a remporté ses huit matches de simple en Fed Cup cette saison, n'a rencontré au- cun problème, ce week-end, pour apporter deux points à son pays, le deuxième - face à Meghann Shaughnessy - offrant le titre à la France. «Terminer la saison comme ça après ce que j'avais vécu à la fin de l'année dernière, quand je ne savais pas si je rejouerais au tennis, c'est vraiment inespéré, fabuleux. J'ai repensé à tout ça, à l'équipe également, et c'est pour ça que j'ai pleuré! a-t-elle expliqué quelques minutes après s'être réfugiée dans les bras de son capitaine Guy Forget. Il m'a dit des choses très justes mais que je garderai pour moi.»

L'émotion de Mary Pierce, aussi, qui n'avait plus été sélectionnée depuis le sacre français de 1997 et qui a remporté le match le plus disputé de cette finale, samedi, face à Shaughnessy, 8-6 au troisième set. Le joker de luxe de Forget a parfaitement rempli son contrat. «Dire que ce fut le match de ma vie, je ne le crois pas, car j'ai fait des tas de grands matches dans ma carrière. Mais cela a été une belle bagarre et cela restera l'un de mes meilleurs souvenirs. Demain ou dans une semaine, quand je serai en vacances, je réaliserai peut-être ce que j'ai fait!» a avoué Mary Pierce.

L'émotion de Guy Forget, enfin, qui connut le succès en Coupe Davis en 2001 et qui semble aujour- d'hui faire l'unanimité chez les filles. «C'est un vrai soulagement. Je suis très heureux pour ce groupe! clamait le capitaine. Amélie m'a bien caché son jeu. De la voir réagir sur la fin comme ça, ça m'a beaucoup touché. Cela prouve que cette Fed Cup signifiait beaucoup pour elle. Quant à Mary, c'est un coup réussi. Elle avait été longtemps hésitante pour des raisons personnelles. Mais elle a beaucoup mûri et je crois qu'elle se souviendra longtemps de cette semaine.»

© Les Sports 2003