Tennis

La demi-finale de ce vendredi sera le quarantième duel officiel entre Roger Federer et Rafael Nadal. 

Globalement, les statistiques ATP sont favorables à l’Espagnol (24 victoires contre 15) mais, sur gazon, le Suisse mène deux victoires à une (chaque fois lors d’une finale à Wimbledon). La dernière rencontre sur cette surface date de 2008 et est encore dans tous les esprits des passionnés. Aux yeux de nombreux observateurs, ce fut peut-être le plus beau match de l’histoire. L’un des plus passionnants, en tout cas, dans la lignée du fameux Borg - McEnroe de 1980.


Cette finale de 2008 fut un chef-d’œuvre à la fois sur le plan sportif et émotionnel. Il n’a rien manqué : ni la qualité de jeu, ni les rebondissements de situation, ni le suspense. En réalité, ce fut un pur moment d’anthologie. C’était la troisième fois consécutive que les deux hommes se retrouvaient en finale sur le gazon sacré du All England Club. Le Suisse avait remporté les deux premiers affrontements en 2006 et 2007. Cette fois, il allait finir par plier après un mano a mano de cinq sets et de 4 h 48 (la plus longue finale de l’histoire du tournoi).


Mené deux sets à un, Federer effaça deux balles de match dans le tie-break du quatrième set grâce notamment à un passing de revers venu d’ailleurs. La dernière manche fut un thriller d’une autre dimension. C’est quasiment grâce à la lumière de la lune que le combat se termina. Au bout de l’effort, avec un public surexcité sur le Centre Court, Rafa arracha un break épique à 7-7. Et, dans la foulée, il remporta la victoire. Certains estiment que l’arbitre aurait dû arrêter le match un peu plus tôt, tant la luminosité était devenue faible. Mais il y a des moments d’histoire qu’on n’a pas le droit d’interrompre. Lorsqu’il montera sur le court, cette après-midi, Roger Federer aura sûrement à cœur de venger cette défaite qui, à l’époque, fit couler quelques larmes sur ses joues.