Il affrontera Coria, l'ogre de la terre battue, en finale à Hambourg

HAMBOURG Il ne vole pas, il plane! Samedi, Roger Federer (ATP 1) a dispensé une nouvelle leçon de tennis sur la terre battue d'Hambourg, écartant Lleyton Hewitt (ATP 17) 6-0, 6-4 en à peine une heure de jeu, pour se hisser en finale.

«Je ne peux pas jouer beaucoup mieux que dans le premier set, avouait le Suisse. Le second était plus serré et contre un joueur comme lui, on n'est jamais à l'abri», concédait-il, presque par politesse, tandis que l'Australien reconnaissait qu'il «était juste trop fort. Il va être très difficile à battre pour qui que ce soit.»

Ce dimanche, le petit génie de Bâle, qui n'a perdu qu'un set cette semaine, contre Gaston Gaudio (ATP 34) au premier tour, se mesurera à l'ogre de la terre battue qu'est en train de devenir Guillermo Coria (ATP 3). L'Argentin, qui s'annonce comme le grand favori de Roland-Garros suite aux doutes planant sur l'état de santé de Juan Carlos Ferrero (ATP 4), a remporté sa 31e victoire consécutive sur la surface ocre en dominant en trois sets Ivan Ljubicic (ATP 40) 3-6, 6-1, 6-4.

«J'ai eu du mal à rentrer dans le match, mais après j'ai réussi à hausser le niveau de mon jeu, expliqua-t-il. Je joue peut-être un peu moins bien qu'à Monte-Carlo mais la qualité des adversaires ici est plus élevée. Federer est le meilleur joueur du monde en ce moment. Il est en pleine confiance. Ce sera difficile.»

Détail amusant, il s'agira de leur toute première confrontation...

© Les Sports 2004