Il voit Clijsters battre Henin, samedi, en finale

BOURG-LÉOPOLD Il n'avait pas été jusqu'à mettre sa main au feu, mais il s'était néanmoins fameusement jeté à l'eau. Filip Dewulf avait prédit, cette année, qu'une joueuse belge triompherait sur la terre battue de Roland-Garros. C'est dire si le Limbourgeois, lui-même demi-finaliste de la levée du Grand Chelem parisienne en 1997, a bu du petit lait hier durant toute l'après-midi.

«J'ai commenté le match de Kim à la radio pour Studio Brussel, avant de rentrer chez moi pour suivre tranquillement la demi-finale de Justine, raconte-t-il. C'est formidable pour le sport belge! Je suis content, c'est évident, mais je dois avouer que pour moi, ce qui s'est produit est assez logique. Connaissant le niveau de Kim et Justine, les progrès qu'elles ont réalisés, l'une et l'autre, ces derniers mois, ainsi que la surface sur laquelle se disputait l'épreuve, je considérais la chose comme un risque calculé..., sourit-il. Le match de Justine fut un véritable thriller. Elle a livré un match splendide. J'avoue qu'à 4-2, 30-0 pour Serena dans le troisième set, je considérais que c'était fini pour elle, mais avec le soutien du public, qui l'a poussé vers l'avant tout en perturbant son adversaire, Justine a réussi à renverser la situation.»

Filip Dewulf ne se déplacera pas, samedi, dans la capitale parisienne pour assister à cette finale historique. Il n'ira pas, non plus, tenter sa chance au Lotto. Le Limbourgeois ne rechigne, cependant, d'ailleurs pas à émettre un pronostic. Il est vrai qu'après s'être lancé, il ne pouvait pas non plus se dégonfler...

«Je dirais que cela n'a plus spécialement d'importance. Une Belge va gagner une levée du Grand Chelem. C'est cela qui compte et c'est génial. Maintenant, si je dois choisir, je vote Kim. Je pense, comme le disait son coach Marc Dehous à l'issue de sa demi-finale, que Kim possède un ascendant psychologique par rapport à Justine. Je pense qu'elle maîtrise mieux l'importance de l'enjeu. Et puis, je crois que Justine a laissé beaucoup d'influx dans son match contre Serena. Mais bon, je suis Limbourgeois...», conclut-il en souriant

© Les Sports 2003