Gauff et le Big Three seront les feuilletons de la fin de quinzaine à Wimbledon.

Après une semaine chargée, le deuxième opus de Wimbledon s’ouvre lundi, aussi salivant sur les deux tableaux.

1) Jusqu’où ira Cori "Coco" Gauff ?

La nouvelle idole de Wimbledon et du public anglais va-t-elle poursuivre son incroyable épopée ? Une chose est sûre, elle bénéficiera du soutien du public anglais face à Simona Halep lundi, totalement conquis par cette jeune adolescente de 15 ans, native d’Atlanta. À l’issue de son match fou face à la Slovène Polona Hercog, où la pensionnaire de l’Académie Mouratoglou a sauvé deux balles de match, la foule du Central avait littéralement explosé. La presse anglaise en raffole. Impressionnante de maturité, elle n’en finit pas de surprendre, aussi à l’aise en conférence de presse que sur les courts, où ses préoccupations d’adolescente dénotent. Son prize money de Wimbledon ? "Je ne peux pas acheter une voiture parce que je ne sais pas conduire", a-t-elle par exemple lancé.

La jeune Américaine apporte incontestablement un vent de fraîcheur bienvenu dans le tennis féminin. La marche sera haute face à l’ex n°1 mondiale, lundi, mais vu son ambition…

2) Le choc Williams-Barty prend forme

Ce sera incontestablement l’autre enjeu chez les dames. La reine Serena Williams face à la toute récente n°1 mondiale Ashleigh Barty, dont les routes devraient se croiser en quart de finale. L’Américaine de 37 ans est en quête d’un 24e Grand Chelem à Londres, l’Australienne d’un doublé Roland-Garros/Wimbledon, dont le dernier date de 2015 et avait été réalisé par… Serena Williams. Elles ne sont plus qu’à une victoire du choc.

3) Le "Big 3" en place

Comme prévu, pourrait-on dire, les trois légendes sont en deuxième semaine à Londres, et l’on voit mal qui pourrait venir perturber l’inéluctable scénario d’une victoire pour l’un des membres du trio. Rafael Nadal avait soi-disant hérité d’un tirage au sort maléfique. L’Espagnol n’a pourtant presque rien senti, hormis ce set lâché contre Nick Kyrgios au 2e tour. La probabilité d’une demi-finale face à Federer grandit chaque jour. Le "Maître" lui, lent au démarrage mais impérial sur ses deux derniers matchs, devra tout de même se méfier lundi de l’Italien Matteo Berrettini, 23 ans, 20e mondial, et plutôt à l’aise sur gazon, récent vainqueur à Stuttgart. Novak Djokovic s’est mis d’entrée en mode Grand Chelem, bien déterminé à conserver son titre, celui qui avait acté sa renaissance. Très solide face au Polonais Hubert Hurkacz, le plus coriace de ses adversaires jusqu’ici, sa route semble bien dégagée avant la finale. Sur les 16 dernières années, aucun Wimbledon n’a échappé aux membres du "Big 4", lorsqu’Andy Murray faisait partie de la bande. Il y a, a priori, peu de chances que cela change cette année. (AFP)