David Goffin n’a eu aucune pitié pour Steve Darcis qu’il a battu 6-1, 6-3. En demi, il jouera Bautista à Sofia.

6-1 et 6-3, l’addition est salée pour Steve Darcis. Son ami David Goffin s’est montré sans pitié à l’heure de mettre un terme à une spirale très positive du héros de Francfort. Après une poignée de minutes, le marquoir avait déjà grimpé à 4-0 que le 59e joueur mondial n’était toujours pas en jambe. Le 11e joueur mondial avait parfaitement préparé sur un plan tactique ce duel des quarts à Sofia.

De duel, il n’en fut pas réellement question tant Goffin, qui connaissait par cœur les astuces du jeu du vieux briscard Darcis, a joué juste.

"J’ai commencé le match assez bien, analysait David Goffin. Dans le début du deuxième set, Steve a élevé son niveau de jeu au point de me mettre en difficulté. J’ai dû sauver des balles de break pour rester devant. J’ai eu quelques opportunités aussi, mais je ne les ai pas prises. Lorsque vous gagnez le premier set sur un score sec, vous vous attendez à une réaction de votre adversaire. J’ai tenu le choc durant les 6 premiers jeux de la deuxième manche avant de conclure la rencontre."

Il a célébré sobrement sa victoire par respect pour son ami Steve qui plus est avait rendu de fiers services à son pays la semaine passée lors du premier tour de Coupe Davis en Allemagne.

"Il n’est jamais facile d’affronter un ami", poursuit le protégé de Thierry Van Cleemput. "Nous nous connaissons si bien. Nous avons participé à tellement de séances d’entraînement. Steve me connaît parfaitement. Il connaît très bien mon jeu. Je connais parfaitement le sien."

A ce petit… jeu, David Goffin avait une longueur d’avance. Malgré la sévérité du score, le meilleur Belge de tous les temps à l’ATP est resté sur ses gardes. "Avec Steve, je savais qu’il était capable de changer quelque chose à n’importe quel moment. Pour ma part, je suis satisfait car j’ai très bien géré l’aspect émotionnel. Je n’ai pas trop montré ce que je ressentais."

Après avoir battu Albot et Darcis, David Goffin se retrouve déjà en demi-finale en Bulgarie. Il s’attaquera samedi à un morceau nettement plus copieux : Roberto Bautista Agut qui est 16e au ranking ATP et qui a déjà remporté un titre cette année (Chennai). Le terrain de Sofia lui convient également vu qu’il y défend son titre. Cette année, il n’a perdu qu’un seul match. Il est tombé en huitièmes de l’Open d’Australie sous les coups de Raonic en 4 sets. Le week-end passé, il s’était même offert un détour par la Coupe Davis où il a ramené deux points.

Visiblement, il n’a éprouvé aucune difficulté à enchaîner vu qu’il vient de battre un qualifié allemand (Stebe) et surtout Gilles Muller (ATP 28).

En trois affrontements (Challenger de Quimper en 2012, Dubaï en 2013 et l’US Open en 2015) l’Espagnol a toujours eu le dernier mot sur le Belge. Autant dire que la tâche qui attend le 11e joueur mondial est colossale.

"Il est très fort ici. Physiquement, il est costaud avec son coup droit et son déplacement. Je sais que j’ai les armes pour le battre, mais il est également prêt à partir au combat."