Tennis

Le jeune retraitée, tout comme Defour, Mpenza ou Goreux, est venue discrètement encourager le clan belge au Spiroudome

CHARLEROI De nombreuses personnalités sportives belges avaient rallié le Spiroudome , transformé en temple du tennis l’espace d’un week-end.

Si plusieurs Anderlechtois ne viendront que dimanche vu leur match au sommet d’hier soir, quelques Rouches ont applaudi les coups de raquette de Nadal dont Defour, Goreux ou encore Leye. Sans parler des politiciens.

Mais, la star du jour, côté coulisses, se nomme Justine Henin. L’ancienne numéro un mondiale reconnaît être restée sur sa faim au niveau tennistique. “On aurait voulu vivre des matches plus disputés” , nous a-t-elle confié. “Celui de Malisse se joue sur des détails. S’il le breake en début de rencontre, la physionomie du match change complètement. Verdasco, qui n’était pas dans un grand jour, a livré une solide prestation. J’aurais voulu plus de spectacle.”

En revanche, elle n’a pas été déçue par l’ambiance. Quand il s’agit de célébrer la fiesta du sport, les Espagnols répondent toujours présent. “Elle restera toujours une nation sportive. Elle possède cette culture incroyable. L’équipe apparaît toujours très soudée, renforcée par de nombreux supporters qui les suivent au bout du monde. Ils mettent le feu entre les points et respectent le silence durant les échanges. Quel fair-play !”

Mieux que quiconque, elle peut comprendre ce que vit le chouchou des Espagnols. La Rafamania le suit aux quatre coins du monde. Traqué par les journalistes, ses fans et les photographes depuis son arrivée sur le sol belge dimanche dernier, Nadal a reçu une standing ovation à la hauteur de son talent. “On ne s’habitue jamais à ces moments. On apprend juste à les gérer, mais l’émotion reste intense. Je ne m’inquiète pas pour lui car il maîtrise tous les paramètres de sa carrière.”

Discrète, elle voulait juste encourager cette génération de joueurs qu’elle a côtoyés durant toute sa carrière. Elle a grandi aux côtés des Rochus et Darcis. N’est pas Justine Henin qui veut. Malgré tout, elle attire la curiosité de ses voisins. Très vite, le phénomène peut prendre de l’ampleur. Hier, tout est resté sous contrôle. Elle a découvert qu’il était possible d’assister à une rencontre de tennis dans l’ombre des projecteurs. Elle devient petit à petit la femme simple qui veut réaliser des actions simples. “Moi ? Oui, je vais bien. Mes projets ? Je me concentre surtout sur mes académies. Je n’ai plus envie de me disperser.”



© La Dernière Heure 2011