Henin: «Je ne dois plus me marier»

Tennis

Serge Fayat

Publié le

Henin: <i>«Je ne dois plus me marier»</i>
© BELGAREP
Justine Henin, grippée, entame son Masters cette nuit contre Myskina

LOS ANGELES Elle est apparue, lundi soir à Santa Monica, lors de la soirée de gala organisée en prélude au Masters, le visage aussi blême que l'ensemble crème qu'elle portait. Justine Henin (WTA 2) n'aborde pas dans les meilleures conditions la grand-messe de fin de saison à Los Angeles. Grippée, l'Ardennaise a dû avaler des antibiotiques, mais il semblerait que le plus dur soit passé. Ce jeudi soir, lorsqu'elle effectuera son entrée dans l'arène du Staples Center contre Anastasia Myskina (WTA 8), ce contretemps ne devrait plus être qu'un mauvais souvenir.

«J'ai été auscultée par le médecin et il m'a prescrit des médicaments. Je me sens déjà un petit peu mieux, mais je n'ai pas encore été en mesure de m'entraîner sérieusement, expliqua-t-elle. C'est la raison pour laquelle j'ai demandé à la WTA de ne pouvoir commencer le tournoi que jeudi. Même si je risque de me sentir encore quelque peu fébrile, jouer ne devrait pas constituer un problème.»

En l'absence des soeurs Serena (WTA 3) et Venus Williams (WTA 7), qui n'arpenteront à nouveau les courts qu'à partir du mois de janvier, Justine Henin est, avec Kim Clijsters (WTA 1) la grande favorite de l'épreuve de clôture de l'année, qui réunit les huit joueuses les plus prolifiques de la saison. Lauréate de deux levées du Grand Chelem, à Roland-Garros et à l'US Open, elle possède même d'excellentes chances de ponctuer sa fantastique épopée 2003 à la première place mondiale.

«Je suis la plus forte»

«Je ne dois plus me marier cette fois-ci, sourit-elle. L'an dernier, je n'étais pas vraiment concentrée au moment d'aborder ce Masters. J'allais épouser Pierre-Yves deux semaines plus tard, et j'étais beaucoup plus préoccupée par cette situation que par le tennis. Cette fois, les choses sont différentes. C'est vrai que ce serait bien de terminer l'année à la place de numéro un. Cela me permettrait, en tout cas, de la conserver quelques semaines supplémentaires et d'avoir le temps de la digérer afin de revenir en janvier en ayant accepté ce nouveau statut.»

Versée dans un groupe baptisé noir en compagnie de Jennifer Capriati (WTA 5), Anastasia Myskina donc, ainsi qu'Ai Sugiyama (WTA 11), la citoyenne de Wépion ne devrait, logiquement, avoir aucune peine à se hisser en demi-finales. Cela lui suffirait déjà pour ravir à Kim Clijsters la couronne de reine du tennis féminin, mais elle pourrait également l'obtenir en étant éliminée en poule, pour autant alors que la Limbourgeoise ne gagne pas le tournoi. Il n'empêche, la connaissant, c'est par un coup de maître qu'elle voudra terminer sa flamboyante saison.

«Je pense que mes résultats me permettent d'affirmer, sans fausse modestie, que je suis la plus forte. Kim est sûrement aussi forte que moi tennistiquement, mais j'ai prouvé, je crois, que j'étais capable de mieux gérer qu'elle les situations difficiles. Je me sens aujourd'hui très à l'aise sur le court. C'est dans mes deux finales de Grand Chelem, à Paris et à New York, que je suis devenue numéro un.»

Justine Henin a acquis une telle confiance en elle, ces derniers mois, qu'elle assure d'ailleurs qu'elle sera encore meilleure en 2004. Les soeurs Williams et les autres n'ont qu'à bien lacer leurs chaussures et serrer leur raquette...

«Il est clair que leur absence nous a quelque peu aidées, Kim et moi-même, pour accéder à la place de numéro un. Cela dit, en ce qui me concerne, j'ai eu comme un déclic lorsque j'ai battu Serena à Charleston. J'avais très bien cerné la manière dont je devais jouer contre elle. Et puis, je ne suis pas certaine que les soeurs Williams auraient été capables de tenir le coup physiquement comme je l'ai été. Si je réussis à gagner en régularité au service ainsi qu'à venir plus souvent au filet, je devrais encore pouvoir être meilleure...», conclut-elle.

© Les Sports 2003

Newsletter Sports+

Vos articles Sports

Fil info