Serena Williams prête à redevenir n°1

MOSCOU Serena Williams (WTA 7) a déclaré à la veille de son entrée en lice au tournoi de Moscou qu'elle voulait à nouveau "la place de numéro un" détenue à l'heure actuelle par Justine Henin (WTA 1). L'Américaine, qui avait révolutionné le tennis féminin par sa puissance en compagnie de sa soeur Venus au début du troisième millénaire, a expliqué être à nouveau prête à consentir les efforts nécessaires pour retrouver les sommets.

"Si je n'y croyais pas, je ne jouerais plus au tennis, confia-t-elle. Je me sens prête pour redevenir numéro un. Je suis fermement décidée à m'engager pour y arriver. Vous ne vous imaginez pas combien je suis à nouveau motivée. Mon attitude a complètement changé."

Auteur d'un fracassant retour sur le devant de la scène en janvier avec un triomphe à l'Australian Open, Serena Williams n'a plus vraiment réussi à capitaliser par la suite. Depuis son triomphe à Miami, début avril, elle n'a ainsi plus jamais dépassé les quarts de finale d'un tournoi, apparaissant même en petite forme à l'US Open, où elle fut battue par Justine Henin, en raison d'une préparation assez frivole.

"Je suis têtue"

"Les blessures expliquent pas mal de choses dans ma carrière. Je dirais les blessures ainsi que mes autres centres d'intérêt", glissa la cadette des soeurs, qui est passionnée de mode et de cinéma. "J'adore faire plein de choses et je ne vais pas les laisser de côté pour autant. Je suis têtue. Je ne veux pas être comme d'autres joueuses de tennis qui ne sauront que faire une fois leur carrière terminée. Je suis, toutefois, à nouveau déterminée à briller raquette en main."

Serena Williams, qui s'est déplacée dans la capitale russe avec ses chiens, est également revenue sur la conférence de presse un brin surréaliste qui avait suivi sa défaite à New York contre Justine Henin. Si elle a admis avoir été frustrée par sa troisième défaite d'affilée contre la Belge, elle a en revanche refusé de s'excuser pour les remarques peu sportives qu'elle avait émises.

"J'aimerais bien savoir ce que j'ai pu dire de mal à cette occasion", expliqua l'ancienne première joueuse mondiale, qui avait notamment déclaré que Justine avait "frappé beaucoup de coups chanceux". "Quel est le problème ? Je n'ai rien dit de mal sur elle. J'ai juste raconté ce qui s'est passé. Je n'avais pu frapper de revers après Wimbledon et je pense donc que cela avait affecté ma performance. Mais bon, oublions tout cela. Je me sens à nouveau en pleine forme. C'est tout ce qui compte."

Exemptée du premier tour, elle fera son entrée face à l'Ukrainienne Tatiana Perebiynis (WTA 130).



© La Dernière Heure 2007