Tennis

La France sera l'adversaire de la Belgique au premier tour (quarts de finale) de la Fed Cup de tennis, samedi et dimanche au Country Hall de Liège, sur surface dure.

"C'est du 50-50, avec un léger avantage pour la Belgique qui joue à la maison", a estimé mercredi en conférence de presse Julien Benneteau. Le capitaine de l'équipe de France pense que la Belgique possède une équipe "très solide et très homogène".

Comme Johan Van Herck côté belge, Julien Benneteau, jeune retraité des courts, vivra son premier duel en tant que capitaine de l'équipe de Fed Cup. L'ancien 25e joueur mondial, 37 ans, est le successeur de Yannick Noah, qui avait mené les 'Bleues' en demi-finale de l'édition 2018. Pour ses débuts, le capitaine français pourra s'appuyer sur un groupe a priori solide, formé par Caroline Garcia (WTA 19), Alizé Cornet (WTA 51), Pauline Parmentier (WTA 55), Kristina Mladenovic (WTA 64) et Fiona Ferro (WTA 103).

"Je suis heureux, parce que j'ai l'équipe dont je je rêvais", a confié Benneteau. "Il y a le retour de Caroline après deux ans dont on a beaucoup parlé (la N.1 française avait privilégié sa carrière individuelle, ndlr), mais aussi celui d'Alizé qui est très important pour moi. Elle a un niveau de jeu très intéressant depuis le début de la saison, sa maturité et son intelligence sont très appréciables dans un groupe. Pauline et Kristina connaissent bien l'équipe de France, connaissent la Fed Cup et ont montré par le passé qu'elles sont capables de livres de grands matchs pour cette équipe. Et puis il y a une jeune, Fiona, qui mérite sa place par son classement et ses résultats sportifs. Elle apporte sa fraîcheur. C'est la meilleure équipe possible sur papier."

En face, la Belgique alignera Elise Mertens (WTA 21), Alison Van Uytvanck (WTA 50), Kirsten Flipkens (WTA 53) et Ysaline Bonaventure (WTA 134).

"Une équipe très solide, très homogène, avec une leader comme Mertens qui est d'une constance et d'une régularité intéressantes", analyse Benneteau. "Derrière, que ce soit Alison ou Kirsten, elles ont chacune des jeux un peu atypiques, il y a plusieurs possibilité pour le capitaine Johan Van Herck. Sur papier, c'est une rencontre très serrée. Ce sera la même chose sur le terrain. L'an passé, c'était 3-2 pour la France (au premier tour, à Mouilleron-le-Captif, ndlr). Cette fois on joue en Belgique. C'est du 50-50, avec un léger avantage pour la Belgique, parce qu'ellle joue à domicile. On s'attend donc à une rencontre très difficile."