Justine Henin: it's magic!

Tennis

ENVOYÉ SPÉCIAL AUX ETATS-UNIS SERGE FAYAT

Publié le

Justine Henin: <i>it's magic!</i>
© Photonews
Elle a remporté sa deuxième levée du Grand Chelem en battant Clijsters en finale

Chez les hommes, c'est Andy Roddick qui a remporté la finale.


Notre fond d'écran Justine!!!

NEW YORK Elle n'est peut-être pas la plus grande. Elle n'est peut-être pas, non plus, la plus puissante. Mais elle est, sans nul doute, la plus coriace. Justine Henin-Hardenne l'a prouvé, samedi soir, en remportant de main de maîtresse son premier US Open. Trois mois après sa victoire à Roland-Garros, elle a une nouvelle fois pris la mesure de Kim Clijsters, s'imposant en deux sets 7-5 et 6-1, pour ajouter une deuxième levée du Grand Chelem à son palmarès.

«C'est un moment fabuleux, expliqua-t-elle, un large sourire aux lèvres. J'ai vécu deux semaines ici. J'ai toujours considéré que ma première victoire en Grand Chelem, à Roland-Garros, serait la plus importante, mais j'estime que celle-ci est également très spéciale. Je ne savais pas spécialement à quoi m'attendre en venant ici. Je n'avais jamais bien joué à l'US Open et je ne me voyais pas être capable de m'imposer cette année. J'estime d'ailleurs ne pas avoir joué mon meilleur tennis, mais mon attitude fut remarquable. C'est incroyable!»

Le triomphe de Justine Henin a, quelque part, en effet, quelque chose d'incroyable. Moins de vingt-quatre heures avant sa finale, la Rochefortoise se trouvait ainsi encore sous perfusion de glucose et complètement exténuée dans les vestiaires du stade Arthur Ashe après s'être sortie victorieuse d'une rencontre homérique contre Jennifer Capriati. Dans une ambiance électrique, elle avait écrit l'une des plus belles pages de l'histoire du tennis féminin en s'imposant 7-6 au troisième set après s'être retrouvée... onze fois (!) à deux points de la défaite.

«C'était une expérience extraordinaire, mais j'avoue que lorsque je suis sortie du court, je ne savais pas quelles conséquences elle pourrait avoir. Je me sentais si mal. Je me suis endormie vers 4h du matin, pour me réveiller à 8h30 et rester dans mon lit jusqu'à midi. Ce n'est que lorsque les médecins m'ont assuré que j'étais en bonne santé et après m'être échauffée vers 17h que j'ai considéré que je pouvais jouer.»

Si à quelque chose malheur est bon, cette situation se sera peut-être finalement révélée salvatrice. Cela peut paraître paradoxal, mais consciente d'être diminuée physiquement et confortée par le fait d'avoir déjà remporté une levée du Grand Chelem, à Paris, il y a trois mois, la Rochefortoise pouvait évoluer de manière complètement relâchée contre Kim Clijsters. Elle savait qu'elle n'avait rien à perdre, qu'il ne pouvait, en fait, plus rien lui arriver. Et c'est à ce moment-là que son tennis ressort sa plénitude...

«C'est vrai. Si j'avais perdu cette finale, cela n'aurait rien changé. Lorsque j'ai remporté le premier set, j'ai su que je pouvais aller au bout. Ce qui s'est passé ici est en somme miraculeux. Kim s'est montrée quelque peu nerveuse à l'idée de remporter sa première levée du Grand Chelem, mais je ne veux pas savoir ce qui s'est passé dans sa tête. Moi, je sais que j'ai fait de gros efforts pour progresser mentalement. Mon entourage m'a toujours répété que je pouvais pratiquer du grand tennis, gagner des levées du Grand Chelem et devenir numéro un. Cette victoire, c'est à Pierre-Yves, Carlos et Pat que je la dédie...»

Justine Henin ne rentrera finalement que mardi matin en Belgique, après avoir fait le tour des télévisions américaines désireuses de mieux cerner la personnalité de ce petit bout de femme de 21 ans qui a épaté les Etats-Unis par son talent et sa ténacité. Ce dimanche après-midi, ce sont les photographes du monde entier qui se la sont arrachée à côté de l'immense planisphère situé à l'entrée du complexe de Flushing Meadows. L'essentiel, certes, pour elle, est l'impact que cette deuxième victoire dans une levée du Grand Chelem aura sur son tennis. N'ayant plus connu la défaite depuis son élimination en demi-finale à Wimbledon contre Serena Williams, s'étant hissée à la deuxième place mondiale, l'Ardennaise a eu, à New York, la confirmation qu'elle était clairement en train de prendre une nouvelle dimension. Et son ascension pourrait bien se révéler irrésistible.

«Avoir remporté deux levées du Grand Chelem la même année est tout simplement incroyable. Cela va me donner énormément de confiance et de motivation pour la suite de ma carrière. Je peux encore progresser, mais je sais surtout que je suis sur la bonne voie. Je suis la femme la plus heureuse du monde à l'heure actuelle...»

Numéro un au Masters?

NEW YORK Kim Clijsters et Justine Henin pointent ce lundi aux deux premières places du nouveau classement mondial. L'écart qui les sépare sera exactement de 330 points. La Limbourgeoise affiche 6.589 points, pour 6.259 à l'Ardennaise. Serena Wil- liams, qui n'a pas été en mesure de défendre les 1.040 points de sa victoire l'an dernier, se retrouve à la troisième place, à distance respectable, avec 4.955 points.

La lutte pour la première place se résumera donc en un duel entre les deux diamants du tennis belge, Kim Clijsters ayant notamment 750 points de son triomphe au Masters à défendre, Henin pourrait bien en profiter pour devenir la 13e joueuse de l'histoire à accéder au rang de n°1. Tout se jouera sans doute à Los Angeles début novembre...




© Les Sports 2003

Newsletter Sports+

Vos articles Sports

Fil info