"Carla Suarez est une joueuse typique de terre battue que je n’aimerais pas affronter sur terre battue, mais sur dur, si je parviens à jouer assez vite, j’aurai de bonnes chances"

MELBOURNE Après avoir expédié l'ancienne numéro 1 mondiale, Dinara Safina, (6-0, 6-0), laKim Clijsters affronte l'Espagnole Carla Suarez Navarro au deuxième tour de l'Open d'Australie.

Qu’elle le veuille ou non, Kim Clijsters va encore voir sa cote diminuer chez les bookmakers où elle est considérée comme la grande favorite pour le titre en l’absence de Serena Williams. La joueuse de Bree, qui a reçu dans la foulée le prix de la presse de la part de l’association des journalistes de tennis, reconnaît d’ailleurs qu’il peut être surprenant qu’elle n’ait encore jamais réussi à s’imposer à Melbourne où elle affrontera jeudi l’Espagnole Carla Suarez Navarro (WTA 62).

"Je suis quelqu’un de gentil de nature, mais je vous assure que sur un court, il m’arrive de jurer sur les balles ou sur moi-même. Ou de m’en prendre à Brian ou à Wim", sourit-elle. "Je reconnais que cette surface et la couleur me plaisent, mais je vois chaque tournoi du Grand Chelem comme une occasion de progresser. Carla Suarez est une joueuse typique de terre battue que je n’aimerais pas affronter sur terre battue, mais sur dur, si je parviens à jouer assez vite, j’aurai de bonnes chances."

© La Dernière Heure 2011