La Limbourgeoise lève une partie du voile

PARIS Numéro deux mondial, Kim Clijsters est traditionnellement discrète. Entre deux matches, elle a pourtant accepté d'évoquer sa vie loin des courts et sa relation avec Lleyton Hewitt. «Contrairement à ce que les gens imaginent, c'est un garçon très timide, un peu perdu loin de l'Australie. On est presque toujours sur la même longueur d'ondes, on évite soigneusement la plupart des rendez-vous mondains. Me maquiller une fois de temps en temps, ça va. Mais pas trop!»

Lleyton est, bien sûr, resté à Paris pour suivre les exploits de sa fiancée. «Il a vite digéré son élimination. Dans son esprit, Roland-Garros est le tournoi le moins important du Grand Chelem. Pour lui, l'Open d'Australie et Wimbledon sont bien plus prestigieux. Gamin, il rêvait de passer ses vacances à Wimbledon...»

Pour meubler son temps libre parisien, le champion australien joue au... golf! «Il est capable de faire 36 trous sur une journée. Il est vraiment mordu! Parfois je l'accompagne à condition de pouvoir piloter la voiturette. Sinon, ça m'ennuie. Je préfère le mini-golf avec les petits ponts et les moulins...»

Kim fêtera son vingtième anniversaire dimanche prochain. Malgré ses responsabilités, elle a conservé - et revendique - un esprit très gamin. Très nature. «J'adore m'amuser. Je regrette d'ailleurs que, sur le circuit féminin, les joueuses sortent très peu ensemble. Chez les hommes, c'est différent. Pour un oui ou un non, Kuerten prend sa guitare et les joueurs font la fête. Je vais essayer de faire bouger les choses mais ce n'est pas évident!»

A ses yeux, le tennis n'est pas l'essentiel. «Il y a des choses bien plus importantes dans la vie. Par rapport à mon élimination en demi-finale de l'Open d'Australie, la mort de mon chien Sensor, âgé de 8 ans, était une vraie catastrophe. Il m'arrive encore de pleurer en pensant à lui...»

Elle se réjouit de son prochain déménagement. «La villa que je fais construire à Opiter, dans le Limbourg, est presque terminée. Mon père surveille les travaux. Je vais enfin pouvoir ranger mes affaires car ma chambre est un vrai bazar avec des coupes de tous les côtés! Je compte les ranger à la cave mais j'exposerai mes plus beaux trophées dans le living. J'ai déjà prévu de la place...»

De son propre aveu, il n'est pas encore question de mariage avec Lleyton. «On a le temps...», sourit-elle. Mais il est clair qu'après sa carrière, elle voudra des enfants. «Je les adore», s'exclame-t-elle.

Il n'est pas davantage question de demander la nationalité australienne. Tout au plus envisage-t-elle de résider aux Antipodes pour payer moins d'impôts qu'en Belgique!

© Les Sports 2003