Pour Marc Dehous, la patience reste prioritaire à l'instar de la prudence


BRUXELLES Si la Belgique a quelque peu douté lors de l'annonce du forfait de Justine Henin-Hardenne, Kirsten Flipkens a rassuré tout le monde dès samedi, à Osten- de, en offrant le premier point à l'équipe belge de Fed Cup dans la demi-finale qui l'opposait aux Etats-Unis.

Outre les deux victoires espérées de Kim Clijsters et la qualification pour la finale qui l'était tout autant, c'est bien le comportement de la jeune Limbourgeoise (20 ans) qui constituait le plus grand motif de satisfaction dans le clan noir-jaune-rouge.

"Le succès de Kirsten contre Jill Craybas ne constitue pas vraiment une surprise, tempère toutefois Marc Dehous. Les duels de Fed Cup et de Coupe Davis ne répondent pas souvent à la logique du classement car les joueurs compensent la différence de niveau par une grande motivation. Pour Kirsten, c'est encore différent. Nous savions, en effet, qu'elle était capable de battre une adversaire mieux classée. Elle l'avait d'ailleurs déjà démontré en s'imposant face à l'Espagnole Medina Garrigues et en réalisant une toute bonne prestation contre l'Américaine Meghann Shaughnessy."

Il n'empêche, la performance de l'espoir belge est loin d'être banale alors que cinquante-deux places séparaient les deux joueuses au ran king de la WTA ! "Je sais que je vaux mieux que mon classement", signalait la joueuse ce week-end, à la côte. Marc Dehous, son entraîneur depuis le début du mois de février, partage l'avis de sa protégée.

"Kirsten a beaucoup progressé ces derniers mois, notamment au niveau du classement où elle est passée de la 200e à la 120e place mondiale. Mais elle possède un jeu qui demande beaucoup de temps pour évoluer. Elle n'a pas encore cette maturité au niveau du tennis et j'estime d'ailleurs qu'elle n'atteindra son meilleur niveau que dans deux ans, dans le meilleur des cas."

En attendant, la grande copine de Kim Clijsters entend poursuivre sa progression dans la hiérarchie mondiale et ainsi réduire l'écart qui la sépare des deux locomotives belges. "Pour y parvenir, elle doit encore apprendre à être plus régulière mais cela va venir avec le temps. J'en suis convaincu ! A cet égard, sa victoire contre Craybas peut servir de déclic. Pour la confiance, rien de tel, en effet, qu'une performance pareille. Il faut à présent garder les pieds sur terre et continuer à travailler."

A terme, Kirsten Flipkens rêve de représenter la Belgique lors des Jeux Olympiques de 2008, en Chine. "Pour cela, elle devra figurer parmi les soixante premières mondiales, poursuit Marc Dehous. Mais à l'heure actuelle, la priorité est de disputer une année complète sans la moindre blessure." Notre compatriote pourrait alors poursuivre son ascension...



© La Dernière Heure 2006