La disqualification du numéro 1 mondial, Novak Djokovic, pour avoir balancé involontairement une balle sur une juge de ligne, était bien évidemment au centre de toutes les discussions ce lundi. Chaque amateur de tennis avait son avis sur la question. Tout comme tous les joueurs qui sont passés en conférence de presse après leur prestation de la nuit dernière à New York. Aux premières loges de l’événement, l’Espagnol Pablo Carreno Busta, l’adversaire du Serbe dans ce huitième de finale à Flushing Meadows est revenu sur la chronologie de l'incident.

“Je n’ai pas vu le moment où Novak a frappé dans la balle. J’étais en train de regarder mon coach. Quand je me suis retourné, la juge de ligne était allongée au sol. Je ne suis pas habitué à ce genre de choses et j’étais un peu choqué. J’ai demandé à un Colombien qui était dans les tribunes si la balle avait atteint la juge de ligne, j’étais choqué. Je ne m’attendais pas à vivre un moment pareil en affrontant Novak. J’étais vraiment dans mon match. C’était un moment difficile à vivre pour moi aussi. J’espère le meilleur pour la juge de ligne et qu’elle se rétablisse le plus vite possible.”


Celui qui affrontera Denis Shapovalov, le tombeur de David Goffin, en quarts de finale a dû attendre de longues minutes avant qu’une décision soit prise par le superviseur du tournoi : “J’ai essayé de rester calme, concentré au cas où il aurait fallu continuer le match. À un moment, j’ai demandé à l’arbitre ce qu’il se passait, car c’était vraiment long pour moi, ce moment. Je ne sais plus trop combien de temps cela a duré, dix, quinze minutes. Et finalement, Novak est venu me saluer.”

Et pour l’adversaire du numéro 1 mondial, le geste malheureux du Serbe était totalement involontaire : “Bien sûr que ce n’était pas intentionnel ! Je ne pense pas qu’un seul joueur sur le circuit puisse avoir ce genre de geste de manière intentionnelle. Bien sûr, vous ne pouvez pas avoir ce geste, mais Novak, jamais évidemment, n’a voulu toucher la juge de ligne. Novak est un grand joueur, une bonne personne. Il ne voulait pas faire cela. C’est de la malchance. Maintenant, les règles sont les règles. Je crois que l’arbitre et le superviseur ont fait ce qu’il fallait, même si ce n’était pas une décision facile à prendre.”

Disqualifié en 2017 lors d’un match de Coupe Davis avec le Canada en Grande-Bretagne pour avoir envoyé involontairement un missile dans l’oeil de l’arbitre, Denis Shapovalov a, lui aussi, réagit à l’exclusion de Djokovic : “J’ai été dans cette situation, donc je sais exactement ce que peut ressentir Novak. Bien sûr, il n’avait aucune intention de faire mal à cette femme. Heureusement, elle va bien. Cela aurait pu très mal se terminer. Mais heureusement, tout le monde va bien. J’espère que Novak pourra se reprendre et aller de l’avant. Il doit évoluer et apprendre de cela.”


Devenu l’un des favoris du tournoi suite à cet événement, l’Allemand Alexander Zverev ne voulait pas blâmer le Serbe mais trouvait que cette disqualification rendait le tournoi plus intéressant. Comme si à ses yeux Novak Djokovic était certain de l’emporter sans cela : “C’est très malheureux qu’il ait touché la juge de ligne en frappant cette balle. Il y a une règle en place pour cela. Je pense que le superviseur et les responsables du tournoi ont juste fait leur travail. Mais c’est très malchanceux pour Novak. Je pense qu’il va être un peu bouleversé avec cela. S’il avait frappé la balle n’importe où ailleurs, si elle avait atterri n’importe où ailleurs, on parle de quelques centimètres, il aurait été bien. Il y aura un nouveau vainqueur en Grand Chelem. C’est tout ce que je sais pour l’instant. Ce sera sans doute l’un des jeunes joueurs, si vous incluez Dominic Thiem dans les jeunes, car il a évidemment une chance de gagner aussi. Maintenant, cela devient intéressant. C’est le moment où cela devient vraiment intéressant. Je sais qui est où dans le tableau, je sais qui je peux jouer. Nous verrons où nous irons à partir de maintenant.”

Du côté des filles, Naomi Osaka soulignait que cet incident rappelait aux joueurs qu’ils doivent apprendre à gérer leurs émotions et leurs frustrations quand ils sont sur un court : “J’ai vu la disqualification de Novak en me réveillant, je dormais pendant le match. On doit prendre conscience de nos gestes sur un terrain. C’est un bon rappel. Moi, j’essaie de ne pas claquer ma raquette au sol par exemple.”