On va jouer point par point et match par match. Ce discours un peu bateau lancé par Johan Van Herck samedi soir quand la Belgique était menée 2-0 par la Bolivie semblait bien terne. Pourtant notre équipe de Coupe Davis a réussi sa remontada dans son match du groupe 1 et retrouvera le groupe mondial en 2022. Une remontada orchestrée en trois temps.

Favori de la rencontre de double, notre duo Sander Gillé-Joran Vliegen a tenu son rang pour se débarrasser en deux petits sets de leurs adversaires boliviens et redonner de l’espoir à la Belgique. Dans le deuxième match de la journée, Zizou Bergs qui a souffert de crampes samedi avant de passer à l’hôpital pour effectuer des tests a laissé sa place à l’autre néophyte du groupe, Michael Geerts, dans un match décisif entre l’Anversois et le meilleur joueur Bolivien, Hugo Dellien (ATP 144). Avec à la clé un succès en trois sets (6-4, 4-6, 6-2) du droitier de 26 ans qui respire la grande forme depuis plusieurs semaines.

"Bien sûr il y avait un peu de pression avant ma rencontre car en cas de victoire, l’équipe pouvait encore remporter cette rencontre face à la Bolivie, expliquait l’ancien élève de la Topsportschool de Wilrijk. Je me suis concentré sur mon jeu, mon tennis et sur ce que je devais réaliser pour bien performer. D’une manière générale j’ai assez bien géré mon match sauf dans le deuxième set où je n’ai pas eu la bonne approche sur des balles de break. Il fallait que je sois plus agressif sur ces opportunités. Mais je peux dire que j’ai fait un bon match contre un bon joueur. C’est l’une des plus belles victoires de ma carrière. Jouer un match comme cela pour son pays c’est extraordinaire. En plus l’équipe se trouvait dans une mauvaise position. J’étais très heureux de donner un point à la Belgique et encore une chance de remporter le duel face à La Bolivie."

Le tout dans des conditions de jeu très difficiles : "Dans le troisième set Hugo Dellien a commencé à souffrir de crampes. Moi aussi, un peu. Il faut dire que les conditions étaient très difficiles avec une température qui est montée jusqu’à 38 degrés mais aussi beaucoup d’humidité. C’était différent du climat rencontré pendant la semaine de préparation. C’était un match très difficile et j’ai pu profiter en fin de partie de ses problèmes physiques. J’ai disputé deux sets d’un très bon niveau et au final j’étais un peu mieux que mon adversaire. On a tous bien transpiré avec Zizou qui a eu des crampes samedi mais aussi mon adversaire et moi ce dimanche. Les conditions étaient compliquées mais on n’avait pas d’autres choix que de les gérer."

Avec cette égalisation au score (2-2), la Belgique reprenait son statut de favori avant le dernier match entre Ruben Bemelmans (ATP 221) et Murkel Dellien (ATP 1332), tombeur de Zizou Bergs samedi. Malmené en début de rencontre (5-2), notre compatriote est ensuite parvenu à retrouver un meilleur tennis dans le premier set pour finalement s’imposer dans le tie-break. Le gaucher de 33 ans, qui servait de guide à ses jeunes équipiers au Paraguay où la rencontre se disputait, a ensuite fait parler son expérience pour dominer son adversaire dans la seconde manche (2-6) et offrir le point de la victoire finale à la Belgique. Une Belgique qui a montré qu’elle possédait du caractère et du répondant.