La Fédération américaine de tennis a indiqué jeudi qu'elle avait pour "objectif de maintenir" l'US Open à New York du 31 août au 13 septembre, tout en élaborant des scénarios alternatifs en raison de la pandémie de coronavirus. "L'objectif de l'USTA est d'organiser l'US Open 2020 à New York aux dates prévues", a déclaré à l'AFP Chris Widmaier, assurant que les préparations étaient "en cours".

Depuis deux mois que le coronavirus a mis le sport mondial sous cloche, les circuits masculin ATP et féminin WTA ont suspendu leur saison, au moins jusqu'en juillet.

Qui plus est, New York étant devenu l'épicentre de la pandémie aux États-Unis, la possibilité d'y organiser l'US Open est devenu hypothétique, le tournoi du Grand Chelem faisant du même coup l'objet de nombreuses spéculations. Certains médias ont ainsi avancé que l'USTA réfléchissait à le délocaliser à Indian Wells (Californie) ou à Orlando (Floride).

"Nous comprenons qu'il y ait beaucoup de spéculations concernant la tenue" de l'évènement, a concédé Chris Widmaier. "Mais nous voudrions clarifier ceci: si nous explorons toutes les possibilités pour organiser l'US Open, la probabilité pour qu'on change de lieu ou de date n'est pas la plus grande à ce stade."

Ce qui n'empêche pas son instance, "compte tenu de l'incertitude et de l'évolution constante de la pandémie, de s'être activement préparée à de nombreuses éventualités, y compris celle de devoir jouer à huis clos".

Une décision finale sur le sort de l'US Open sera prise le mois prochain, "mi-fin juin", a-t-il assuré, ajoutant que "la priorité sera donné à la sécurité de toutes les personnes impliquées".

En France, Roland-Garros a été décalé au 20 septembre. A Londres, l'édition 2020 de Wimbledon a été annulée.