L'équipe de Forget mène 2-0 face aux USA

PARIS Les Etats-Unis et leur fer de lance Andy Roddick se sont fait surprendre d'entrée, vendredi, sur la terre battue de Roland-Garros, par une équipe de France conquérante qui mène 2 à 0 et s'apprête à jouer ce samedi sa deuxième qualification consécutive pour une finale de Coupe Davis.

Alors que la rencontre, la quatorzième entre les deux nations en Coupe Davis, s'annonçait équilibrée, la première journée des simples, vendredi, a tourné à l'avantage des Français, plutôt à l'aise sur une surface lente qu'ils ne maîtrisent pas forcément mais connaissent parfaitement.

Le jeune surdoué Andy Roddick, 20 ans à peine, a été le premier Américain à connaître la défaite, sa première en huit matches de Coupe Davis, battu par Arnaud Clément 4-6, 7-6 (8/6), 7-6 (7/5), 6-1.

L'Américain commençait pourtant la rencontre de la meilleure façon, menant rapidement 4 à 0. Après vingt minutes de calvaire, Clément revenait dans la partie mais concédait le premier set. Dès l'entame de la seconde manche, le Français paraissait requinqué, Roddick ne parvenant plus à lui prendre sa mise en jeu. L'Américain repoussait même trois balles de set consécutives dans le 10e jeu, grâce à des services surpuissants à plus de 200 km/h.

Roddick commettait beaucoup de fautes directes (27 sur coup droit, son point fort habituellement), qu'il parvenait cependant à compenser par des aces (20 au total). Dans le jeu décisif, Roddick sauvait deux balles de set avant de s'incliner. La troisième manche présentait sensiblement le même profil que la précédente. Clément s'installait dans le jeu, même s'il ne parvenait toujours pas à concrétiser ses balles de break (3 sur 16 au total), tandis que le joueur du Nebraska péchait dans le dernier geste, ratant cinq balles de set. Le jeu décisif souriait à Clément, et Roddick, tout d'un coup moins mobile, s'éteignait. La dernière manche, disputée en trente minutes, n'était plus qu'une formalité.

Dans le second match, le n°1 français Sébastien Grosjean, dont la forme physique a paru précaire toute la semaine, parvenait à réduire à 3 heures sa présence sur le court central du stade des Internationaux de France pour écarter James Blake 6-4, 6-1, 6-7 (7/9), 7-5.

Après deux sets à sens unique, Blake offrait au Français une opposition sérieuse à partir de la 3e manche. A quatre jeux partout, Grosjean perdait son service mais prenait celui de l'Américain au jeu suivant. Dans le jeu décisif, le Français se procurait trois balles de match mais Blake rétablissait une situation impossible.

Grosjean remportait la dernière manche, pourtant mal engagée pour lui, pour placer ses coéquipiers en position idéale avant le double.


© Les Sports 2002